Lecture - 'Dans la forêt' de Jean Hegland

Publié le par Picou

blog-maman-picou-bulle-dans-la-foret-jean-hegland

"Dans la forêt lointaine, on entend le hibou..." Voilà un air qui vous est sans doute familier! Mais aujourd'hui, c'est d'une forêt bien plus sombre, dont je veux vous parler.

Celle de l'excellent roman de Jean Hegland, aux éditions Gallmeister, dont elle est à la fois le théâtre, et quelque part aussi, le personnage principal.

Au cœur de cette dense forêt américaine vivent deux sœurs adolescentes, Nell et Eva, dix-sept et dix-huit ans, livrées à elles-mêmes par la force des événements. Sans que l'on ne sache ni pourquoi, ni complètement comment, la civilisation telle que nous l'avons connue s'est en effet presque totalement effondrée.

Habituées depuis toujours à vivre à l'écart de la société, suivant les choix de leurs parents, les deux sœurs doivent y apprendre à se battre pour survivre seules, après leur disparition, dans un monde en déclin...

"Dans la forêt" est un récit survivaliste, à la fois brut et complexe - entre ode à la nature, parcours initiatique, et réflexion sur la force de l'instinct et des sentiments.

blog-maman-picou-bulle-dans-la-foret

C'est avant tout une expérience sensorielle, celle d'une plongée profonde au cœur de la nature reine, où les sœurs ont toujours vécu.

Un territoire sauvage, où elles ont grandi avec confiance, mais qui face aux circonstances, devient peu à peu oppressant. La forêt dans laquelle elles vivent est aussi attirante que menaçante, aussi nourricière que dangereuse : elle peut les sauver, tout autant que causer leur perte.

Elles peuvent y cultiver la terre, et profiter de ses innombrables richesses, mais y sont aussi terriblement isolées, et en proie aux prédateurs les plus divers...

Le rythme lent du récit, ses descriptions saisissantes et un point de vue très réaliste rendent parfaitement l'impression d'un monde foisonnant, aux possibilités inexplorées et infinies.

Un Eden que nous avons pourtant collectivement choisi d'ignorer, au profit d'une civilisation "facile" - fût-elle un mirage.

blog-maman-picou-bulle-roman-dans-la-foret-hegland

On sent d'ailleurs en sous-texte tout une réflexion écologique, qui résonne particulièrement à notre époque.

Emportés par le "progrès", on en a oublié de savoir écouter la nature, devenant peu à peu hermétiques à ses bienfaits, comme à ses dangers. C'est quand la société commence à se désagréger, que l'on finit par douloureusement s'en rendre compte...

Même en ayant fait le choix de vivre à l'écart, la famille reste dépendante d'une société qui s’effondre peu à peu à distance. Ils ne peuvent pas complètement éviter les allers-retours en ville, et finissent eux aussi par se retrouver privés d'électricité, d'essence, de contacts.

Ils réalisent alors qu'ils ne sont pas si autonomes qu'ils l'auraient pensé... Pour rebondir, ils devront revenir complètement aux sources, comme l'ont fait tant d'autres avant eux. Il leur faudra s'adapter, oublier le superflu pour l'essentiel, retrouver un savoir oublié, et se réinventer.

Par la force des choses, les héroïnes vont se voir forcées à se dépasser...

blog-maman-picou-bulle-roman-dans-la-foret

Le roman se déroule en quasi huis-clos, mais on sent pourtant le danger partout.

Au départ, elles restent dans l'expectative - du fond de leur forêt, elles semblent en savoir aussi peu que nous sur ce qui se passe par delà la lisière. Elles tentent de maintenir le cours de leurs vies comme il était, en se raccrochant de toutes leurs forces à leurs souvenirs et à leurs passions respectives - la danse pour Eva, le savoir pour Nell.

Leur entêtement à conserver leurs habitudes, et à s'accrocher si fort à l'espoir d'un retour rapide à la normale, finit peu à peu par sembler ridicule... Elles n'ont bientôt plus d'autre choix que de prendre leur destin en main, et d'abandonner leurs rêves illusoires pour s'adapter à ce que le monde est devenu.

Au delà de leur environnement, Nell et Eva devront alors aussi apprendre à se méfier des autres, comme d'elles-mêmes. Face aux rencontres et à l'adversité, les adolescentes doivent mûrir en accéléré, et se découvrent différentes, parfois moins soudées, ou même éloignées - leur relation si forte pourra-t-elle résister?

La forêt est loin d'être le seul territoire qu'elles devront apprivoiser...

blog-maman-picou-bulle-livre-dans-la-foret

Dans ce roman intense et riche, l'espoir et le renoncement s'affrontent sans relâche.

Comme dans le vibrant "My Absolute darling", dont je vous avais également parlé, la lecture déroute, pose question et finit par laisser des traces. Le récit est à première vue assez simple... mais il est empreint d'une angoisse sourde, tapie derrière chaque ligne et chaque feuille du décor.

Que ferait-on de notre côté, complètement livrés à nous-mêmes? Accepterait-on la réalité, s'acharnerait-on à la nier? Aurait-on autant de ressources pour se battre pour exister? Et d'où vient au fond, le plus grand danger?...

Le retour à la nature est aussi un retour à soi, dans tout ce qu'il y a de plus primitif: la survie primaire, l'instinct animal, les sentiments exacerbés, la reconstruction fondamentale.

Dans une situation aussi critique - que devrait-on privilégier? Pas si simple de trancher... on en sort un peu déstabilisé.

C'est d'ailleurs sans doute ce qui fait que ce roman, pourtant écrit il y a plus de 20 ans, reste plus que jamais d'actualité.

blog-maman-picou-bulle-pinterest-roman-dans-la-foret-hegland

 

Publié dans Lecture, Culture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Anna Breizh 18/12/2019 13:18

Vue ta chronique, je pense que le roman que je t'ai envoyé va te plaire. Je passe mon tour, j'ai besoin de choses un peu plus légères en ce moment. Mes lectures de décembre m'ont un peu plombé le moral.

Picou 18/12/2019 18:00

Oui je crois que celui ci n'est pas tellement pour toi! Merci encore en tout cas!