Je fais du diabète gestationnel : dois-je vraiment en avoir peur?

Publié le par Picou

blog-maman-picou-bulle-diabete-gestationnel-grave

Cette fois-ci j'aurais mis le temps, j'y serais allée progressivement, mais ça y est : mon diabète gestationnel est confirmé.

Pas une grande surprise à vrai dire - celles qui me lisent régulièrement l'ont sans doute suivi, je m'y attendais!

Le diabète gestationnel fait partie des complications de grossesse les plus courantes, que rencontrent environ 8% des femmes enceintes.

Il n'est pas forcément accompagné de symptômes clairement identifiables, et vient donc parfois comme une surprise pour les futures mamans... Alors forcément, nous sommes nombreuses à en avoir peur - voire à carrément redouter le fameux test de glucose de dépistage!

Il s'agit d'un dérèglement hormonal, un trouble de régulation du sucre dans le sang, qui survient en général après la mi-grossesse. En temps normal, le pancréas sécrète de l'insuline, qui nivelle le taux de sucre dans le sang...

Mais en cas de diabète gestationnel, notre corps y devient résistant, et pendant la grossesse cet équilibrage se réalise mal.

blog-maman-picou-bulle-je-fais-du-diabete-gestationnel

On se retrouve alors en hyperglycémie - et bébé absorbe un surplus de sucre, alors qu'il n'en a pas besoin!

Résultat, il grossit trop, ce qui peut occasionner des problèmes lors de l'accouchement ; et pour maman, le risque d'hypertension artérielle ou de pré-éclampsie augmente.

Pour y remédier, il suffit dans la plupart des cas d'adopter un régime sans sucre ; mais parfois, ça ne suffit pas, et des injections d'insuline deviennent nécessaires.

Le risque de diabète gestationnel augmente sensiblement si l'on est en surpoids, qu'on a des cas de diabète dans sa famille, qu'on a déjà eu un bébé de +de 4kg, qu'on a déjà fait du diabète gestationnel lors d'une précédente grossesse, ou qu'on a plus de 35 ans.

Je coche malheureusement toutes les cases... autant dire que je ne me faisais pas d'illusions!

Lors de ma précédente grossesse, j'avais d'ailleurs été diagnostiquée assez tôt. J'avais même rapidement basculé sur l'insuline, dès mon 4ème mois de grossesse... Jusqu'à ce que la situation revienne à la normale, après mon accouchement, qui a quand même pu se dérouler à terme, par voie basse.

Sachant donc un peu à quoi m'attendre, j'ai cette fois décidé de prendre les devants en m'astreignant dès mon début de grossesse à un régime réduit en sucres, pour limiter autant que possible les dégâts.

Je parlerais d'ailleurs plutôt d'une alimentation rééquilibrée, plus que d'un régime strict!

blog-maman-picou-bulle-regime-diabete-gestationnel

L'idée n'est pas de maigrir, mais de contrôler ma prise de poids.

Oui aux fruits et légumes ; oui aux viandes, poissons et fromage, mais maximum une fois par jour et en quantité limitée. En revanche, autant que possible, stop au gras, aux produits transformés...

Et bien sûr, plus de sucre rapide au quotidien (même si je l'ai parfois remplacé par des options à indice glycémique bas, comme le sirop d'agave), et une limitation des sucres lents (pain, pâtes, riz... privilégiés sous forme complète). Je me suis quand même autorisée quelques écarts lors d'occasions ;o) (repas entre amis, voyages et fêtes...)

L'idée était surtout de m'astreindre à un rééquilibrage alimentaire, sur le long terme, plus qu'à un régime trop restrictif (qui, dans le cadre d'une grossesse, ne serait pas forcément approprié. Je n'ai pas vu de diététicien - mais notez que pour un régime plus strict, il est indispensable d'être suivie par un médecin, chacune ayant des besoins spécifiques).

Malgré quelques frustrations de temps en temps, comme mon programme est resté assez souple, je m'y suis fait sans problème!

blog-maman-picou-bulle-complication-grossesse-diabete-gestationnel

Je ne l'ai pas du tout vécu comme une pression, ni comme une punition.

C'était plus pour moi un petit coup de pieds aux fesses pour m'aider à manger mieux, à la fois pour ma grossesse et pour après. Et le bien-être de bébé est la meilleure des motivations!

Heureusement, mon mode de vie est vraiment adapté à ce type de régime, ce qui m'a bien aidée. Nous avons déjà l'habitude de manger souvent des légumes frais, nous cuisinons déjà nous-mêmes nos petits plats les 3/4 du temps, et surtout, je reste à la maison, ce qui évite beaucoup de tentations!

Sans m'imposer trop de privations, donc, mon changement d'alimentation m'a rapidement permis de perdre du poids.

blog-maman-picou-bulle-avoir-du-diabete-gestationnel

Difficile pour autant de quantifier combien, puisque ma grossesse me fait aussi "grossir" en parallèle...

Mais je n'ai pris aux dernières nouvelles que 4 kilos en 7 mois (dont environ déjà 2,5 kg de bébé à lui tout seul!) ; je m'estime donc assez satisfaite jusque là.

Entretenir une activité physique aide aussi beaucoup à lutter contre le diabète gestationnel. Mais là, je plaide coupable... j'ai un mode de vie assez actif et je marche souvent, mais j'ai clairement la flemme de faire du sport pour le sport!

En parallèle de mes efforts diététiques, j'ai aussi été suivie de près : analyses d'urine mensuelles, test de glucose anticipé, attention particulière lors des échographies...

Mes résultats étaient toujours un peu entre deux eaux : une fois dans les clous, une fois un poil au dessus - ça ne semblait en tout cas pas alarmant.

Mais avec le début de mon suivi à la maternité, il y a quelques semaines, les choses se sont finalement accélérées.

Pour ne pas prendre de risque, j'ai rencontré un endocrinologue, qui m'a demandé de procéder à un auto-contrôle de ma glycémie, 4 fois par jour, à jeun le matin puis après chaque repas.

Concrètement, après m'être lavé les mains, je me pique le bout du doigt pour récupérer une goutte de sang, que j'appose sur un lecteur de glycémie qui fournit une analyse directe, dont je prends note à chaque fois.

Un taux "normal" doit rester inférieur à 0.95g/L (à jeun) ou à 1.20g/L (après repas); au delà, la gestion de la glycémie n'est pas correcte, et il faut mettre en place des piqûres d'insuline.

Quelques jours de tests m'ont suffi à me rendre compte que mes mesures étaient dans l'ensemble trop élevées.

blog-maman-picou-bulle-diabete-gestationnel-regime-sans-sucre

J'aurais donc réussi à gagner quelques mois... mais j'ai fini par retrouver la petite routine qui a déjà été la mienne, il y a quelques années de cela.

Je continue les auto-tests de glycémie, maintenant avant puis après chaque repas ; et j'y ajoute désormais des piqûres de 2 types d'insuline, réalisées à l'aide d'un stylo injecteur.

La première, à action lente, est à s'administrer le soir avant le coucher, pour stabiliser la glycémie à jeun de toute la journée suivante. La deuxième, d'action rapide, est injectée juste avant chaque repas, pour couvrir les pics d'absorption de sucre.

L'objectif est d'ajuster petit à petit les doses, jusqu'à rejoindre les mesures citées ci-dessus, sans non plus descendre en dessous.

Au total, ce sont chaque jour 8 petites piqûres au bout des doigts, et 4 injections d'insuline à réaliser dans les cuisses, les bras ou le ventre.

blog-maman-picou-bulle-diabete-controle-glycemie

Sacrément contraignant! On ne peut pas vraiment dire que ce soit une partie de plaisir...

Déjà, ça entrecoupe beaucoup les journées et demande beaucoup de discipline (en avant les multi-rappels sur le téléphone, pour ne pas oublier mesures et injections!).

Ensuite, ça demande un matériel conséquent (lecteur de glycémie, carnet de mesures, lancettes et bandelettes de mesure, stylos injecteurs, poubelle spéciale pour les aiguilles... Un sacré bazar, pas franchement pratique à transporter!).

Entre le régime et cette organisation militaire, on finit par avoir l'impression d'être un peu exclue lors des repas, ou de donner l'impression de faire des "chichis" lorsqu'on va chez des amis...

Mais, au final, pas de panique! Malgré tout, je trouve que ce n'est pas si horrible que ça.

blog-maman-picou-bulle-diabete-injection-insuline

Déjà parce que malgré tout ce qui peut nous faire peur, ça ne fait vraiment pas mal.

Les aiguilles sont très fines, et les injections sont faciles et peu douloureuses (on peut se faire hospitaliser pour la mise en place, ou faire réaliser les piqûres par une infirmière. Mais ça me semble vraiment inutile tant il est facile de se débrouiller seul!).

C'est un petit coup de main à prendre, le temps de se défaire d'une appréhension bien naturelle, mais on acquiert vite le réflexe et ça devient machinal.

Comme je marque beaucoup, je finis avec pas mal de bleus sur les cuisses ; pas très esthétique, j'en conviens, mais en hiver, on s'en fout un peu!

Si c'est le prix à payer pour éviter de potentielles complications plus graves à l'accouchement, j'estime que ça reste tout à fait supportable.

blog-maman-picou-bulle-diabete-gestationnel-materiel

D'autant plus qu'avoir un diabète gestationnel a aussi quelque par son intérêt!

Le régime diététique auquel on s'astreint permet de rester en forme, et de réduire les risques d'aigreurs d'estomac ; on s'assure une prise de poids limitée, et les kilos pris pendant la grossesse peuvent même s'envoler directement dès l'accouchement.

Un effet qui est même souvent encore accéléré si l'on allaite ensuite son bébé ; d'autant plus qu'au passage, on acquiert de bons réflexes alimentaires pour la suite.

Et puis une fois diagnostiquée, on bénéficie d'une surveillance accrue, et de quelques échographies supplémentaires lors de la grossesse - une occasion de plus de voir bébé et de s'assurer que tout va bien!

Et puis il faut bien se rappeler que ça ne reste bien souvent qu'un état transitoire...

Même s'il peut augmenter le risque d'un diabète de type 2 par la suite, dans 90% des cas, le diabète gestationnel disparaît directement après l'accouchement.

Je dois tout de même reconnaître que je suis très grande ; du coup, avoir un bébé de 4kg ou plus reste pour ma stature relativement logique, et représente sans doute moins de risques que chez une femme beaucoup plus petite. Je peux ainsi envisager un accouchement "normal", sans déclenchement ni césarienne, ce qui m'enlève une partie de l'angoisse que peut créer le diabète gestationnel...

Mais ces éventualités sont de toute façon aujourd'hui évitées autant que possible chez toutes les femmes, grâce à une prise en charge rapprochée, qui suffit dans la plupart des cas à limiter suffisamment les risques.

Ne paniquez donc pas si l'on vous diagnostique un diabète gestationnel! Votre grossesse sera peut être un peu moins confortable, c'est vrai ; mais c'est un mal pour un bien...

Ça n'est certes pas particulièrement agréable, et ce n'est pas anodin, mais ça reste quand même t out à fait gérable.

Restez donc vigilante, mais n'y voyez pas forcément d'emblée une catastrophe! Prenez votre mal en patience - vous aurez bientôt un beau bébé en récompense ;o)

blog-maman-picou-bulle-diabete-gestationnel

 

Publié dans Maternité-grossesse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Sophie Ogresse 11/10/2019 20:19

Je suis contente de lire un vécu à la fois similaire et si différent du mien. Similaire sur le côté régime, auto contrôle et piqûre. Comme toi finalement je m’etais faite au rythme. Par contre je me souviens aussi de l’immense fatigue, des crises d’hypo et hyperglycémie qui m’ont fait faire des malaises, des vomissements en continu et du déclenchement un mois avant le terme. Je pense que je prendrais ton témoignage comme ça je ferais pas peur aux femmes de mon entourage.

Picou 14/10/2019 17:54

Aïe! Je crois que je suis chanceuse alors car j'ai évité ces désagréments la fois précédente, et au moins jusqu'à maintenant pour cette fois-ci... Clairement ce n'est pas la même histoire, et c'est bien que tu puisses évoquer cet aspect par ici, car si je voulais faire un retour assez rassurant, je ne voulais pas non plus laisser croire qu'il s'agit de quelque chose d'anodin!

WorkingMutti 11/10/2019 11:31

Je suis passée par là aussi (sauf pour ma 3e grossesse, comme quoi !). C'est vrai que sans rappel sur le téléphone, on peut facilement oublier le contrôle post repas. Niveau régime, je me suis jetée sur le fromage pour ne pas faire augmenter ma glycémie, donc ma prise de poids a été bien moins raisonnable que la tienne ;) . J'aime en tout cas le ton rassurant de cet article. Non les piqûres ce n'est pas la mort. Quand on est passés par une PMA avant c'est même de la gnognotte ;) . Ma préférence c'était sur le haut du bras ou dans le bas du ventre. Le plus dur c'est de passer le cap psychologique.

Picou 11/10/2019 13:43

Je ne veux pas non plus donner l'impression que c'est une partie de plaisir, mais c'est vrai que j'aimerais rassurer les futures mamans à qui on fait ce diagnostic : le suivi est très rapproché, donc en général tout se passe très bien! (et oui j'imagine bien qu'à côté d'une PMA c'est un parcours de santé...)

petitsruisseauxgrandesrivieres 11/10/2019 11:29

deux de mes collègues ont fait du diabète gestationnel -traité par surveillance diététique, sans insuline-. Elles ont eu toutes les deux de beaux bébés, mais de poids tout à fait normal (3.5 et 3.8), inférieur aux prévisions flippantes des échographistes (comme toujours). Comme tu le dis, il ne faut pas paniquer car le diabète gestationnel est très bien suivi !

Picou 11/10/2019 13:45

Oui, que ce soit dans ce cas ou en général, les prévisions des médecins pour le poids final de bébé ne sont pas toujours dans les clous! Pour ma part, ils ne s'étaient quand même pas trompés, et je sais que mon bébé sera ce qu'on appelle "une belle bête"^^! Mais dans tous les cas, le diabète gestationnel reste très bien suivi ce qui permet en général que tout se passe bien - il faut juste y mettre du sien!

Charlotte - Enfance Joyeuse 11/10/2019 10:33

Merci infiniment de partager ton vécu à ce sujet ! Je suis certaine que tes mots parleront à d'autres mamans qui voguent dans le flou. On ne sait jamais ce que ca signifie concrètement que de souffrir de diabète gestationnel ! Ton article répond à bien des questions !

Picou 11/10/2019 13:46

Il est assez long mais j'ai essayé de couvrir à peu près tout - même si évidemment chaque cas est unique! En tout cas je pense qu'il est important de "dédramatiser" (sans laisser croire non plus que c'est anodin!) car aujourd'hui le diabète gestationnel est très bien suivi, et donc tout se passe en général très bien. A nous d'y mettre du notre, car ce n'est pas "fun" non plus, mais pas besoin de paniquer!

Dinette et Paillettes (Maman Pétille) 11/10/2019 09:48

Un article qui va je pense en rassurer plus d'une... comme tu le dis au bout de ce parcours, la plus belle des récompenses... un magnifique bébé, et ça ça n'a pas de prix.
Pour chacune de mes grossesses, je redoutais ce fameux test d'HGPO pas tant pour la finalité mais plus pour son effet (je faisais systématiquement un malaise au labo) :/

Picou 11/10/2019 09:51

Oui, ce test est redouté de toutes je crois! Encore que, je trouve qu'ils ont fait beaucoup de progrès depuis quelques années (je l'avais moins bien vécu il y a 8 ans! Là le produit était frais ce qui le rendait bien plus facile à boire). C'est une complication contraignante, mais bien gérée et suivie la plupart du temps par le corps médical, donc j'aime autant tomber sur celle là j'avoue! ;o)

CéciliAcidulée 11/10/2019 08:58

Tu as raison de relativiser. Le diabète gestationnel a aussi ses avantages : moins de kilos à perdre après la grossesse, une alimentation saine déjà mise en place et surtout un bébé en bonne santé !

Picou 11/10/2019 09:44

Même si ce n'est pas anodin, c'est une complication de grossesse assez "simple" car facilement gérée, même si c'est sacrément contraignant! Mon inquiétude est plus pour la suite, car je développerai très certainement un diabète de type 2 à long terme...