Pleure pas, bébé...

Publié le par Picou

blog-maman-picou-bulle-laisser-pleurer-bebe

A ma grande surprise, depuis quelques temps, ma Comète a grandement amélioré son sommeil. Attention, tout n'est pas encore parfait...

Mais alors qu'elle ne faisait jusque là presque aucune de ses nuits, et ne dormait que très peu en journée, elle multiplie les nuits complètes et se cale sur le rythme "normal" d'un bébé, en, faisant plusieurs vraies siestes dans la journée.

Ça fait du bien! Évidemment, je me réjouis de ces changements positifs, qui me permettent à moi, de mieux me reposer (et plutôt d'avancer dans ma to-do list, soyons réalistes!), et surtout, qui lui permettent à elle de reprendre des forces après les nombreux efforts que son éveil croissant lui demande.

Se tenir assise, faire du quatre pattes, commencer le biberon... C'est fatiguant, à 9 mois! D'un coup, la machine s'emballe, et je crois que son corps a maintenant besoin de récupérer plus profondément, ce qui provoque ce changement de rythme.

Côté sommeil, on va donc clairement vers le mieux! Même si tout n'est pas encore rose pour autant.

blog-maman-picou-bulle-bebe-ne-veut-pas-s-endormir-seul

Parce que si Comète dort mieux... en revanche, elle s'endort beaucoup moins bien.

Cela fait maintenant plus de 9 mois que je l'allaite - et pendant tout ce temps, elle a pris l'habitude de s'endormir au sein. Une situation pas toujours idéale, même si j'ai longtemps profité aussi de son côté pratique... La mettre au sein, c'était l'assurance d'un endormissement doux et rapide - magique! Tant pour elle que pour moi, ce petit moment câlin était d'ailleurs savouré avec délectation.

Mais maintenant qu'elle grandit, j'aimerais quand même qu'elle apprenne à ne plus uniquement dépendre de moi pour trouver son sommeil, et qu'elle puisse réussir à s'endormir seule, sans artifices, et sereinement (NB: elle n'a ni tétine, ni pouce, ni doudou - seule la poussette réussit parfois à l'endormir).

Alors, quand je la vois fatiguée, et que je repère les signes qui montrent qu'elle a besoin de dormir, je vais la coucher. Je la prend contre moi, je la berce, je la calme, je lui parle, lui explique, et pourtant... Elle se met systématiquement à pleurer, devenant de plus en plus difficile à calmer. Malgré mes tentatives, elle ne s'endort pas encore seule.

Avant qu'elle n'y parvienne, il lui faut tout un rituel : de mes bras, je dois progressivement réussir à la poser délicatement sur son matelas, puis poser ma main sur sa poitrine ; ensuite, retirer doucement ma main, au bout d'un moment, et rester encore un peu à l'observer ; enfin, doucement, à pas de loup, quand elle semble enfin endormie, je sors de la pièce en fermant la porte derrière moi.

Au moindre craquement, grincement, souffle de vent ou changement de lumière durant la manœuvre, patatras : si elle me repère, elle se remet directement à pleurer. Une bombe, prête à éclater.

Un classique, en fait... Où est le problème, me direz-vous? Je peux bien sacrifier quelques minutes de mon temps, pour l'aider à s'abandonner aux bras de Morphée?

blog-maman-picou-bulle-aider-bebe-a-s-endormir-seul

Bien sûr, oui - et je le fais sans hésiter. Pourtant, ce moment de l'endormissement devient pour moi de plus en plus difficile à vivre, au moment où je le vis.

Au réveil, pour elle comme pour moi, tout semble oublié : tout sourire, on reprend là on l'on s'était quittées. Mais sur le moment... Les minutes me semblent durer une éternité.

Déjà, parce que le rituel ne fonctionne pas toujours : si quelques instants suffisent à ce qu'elle sombre dans le sommeil, tranquillement, tout va bien! Mais il arrive souvent que ça m'immobilise assez longtemps... et je trouve vite ça terriblement frustrant. Si elle se réveille en cours de processus, il faut tout recommencer, et ça finit souvent par tirer en longueur, ou même, par carrément rater, si elle s'énerve trop.

Je vois pourtant bien qu'elle a sommeil... Mais elle lutte, sans arrêt. Et la sempiternelle répétition de ce cycle, tout au long de la journée, et même parfois la nuit, finit par m'excéder

Je fais tout mon possible, depuis des semaines déjà, pour la rassurer, l'accompagner, et lui faire comprendre qu'elle peut s'abandonner au sommeil sans craintes et pour son bien.

Mais rien ne change, elle ne s'habitue pas ; et je m'épuise moi aussi de toujours lutter pour ce moment qui, de l'extérieur, est pourtant si banal.

blog-maman-picou-bulle-bebe-pleure-pour-s-endormir

Entre l'envie d'être là pour elle, de la sécuriser et de la guider, et celle de la laisser pleurer, pour lui apprendre à se débrouiller, mon coeur balance, au rythme de ma fatigue, de ma disponibilité et de ma patience.

Je sais pourtant bien, d'expérience, que c'est une phase normale, qui ne durera sans doute pas, et qu'elle finira bien par trouver sa propre façon d'arriver paisiblement d'elle-même à s'endormir.

Seulement, petit à petit, mon réservoir de patience se vide, la douceur me quitte, et la frustration la remplace. Une fois, dix fois, mille fois - je n'ai pas toujours cette force là. Je me sens à la fois impuissante, et presque prisonnière. Comme si en n'arrivant pas à s'endormir seule, et avec ses pleurs, Comète me manipulait, et m'obligeait à rester sans arrêt près d'elle, parfois contre mon gré.

Oh, que l'on se comprenne : je sais bien, bien sûr, que ce n'est pas le cas. Non, par son comportement, elle ne cherche pas juste à m'amadouer, mais à me faire comprendre son besoin de proximité et de sécurité. Je le respecte, et j'essaie de le combler ; mais il m'épuise, et me pèse parfois.

Si je trouvais ça normal quand elle n'était que nouveau-né, maintenant qu'elle grandit, je ne peux m'empêcher d'y voir un comportement quelque peu tyrannique. Non, elle ne le fais pas EXPRÈS ; mais oui, elle M'IMPOSE quand même sa volonté, par une sorte de chantage auquel il m'est difficile de plier. Ce n'est peut être pas sa réalité ; mais c'est celle que je ressens, quand à chaque fois que je l'endors, elle m'oblige à rester, ou à souffrir de l'entendre pleurer.

Rien de nouveau, pourtant... J'ai déjà vécu cela, par deux fois - mais je n'en garde néanmoins pas la même impression qu'aujourd'hui.

D'abord parce que cette phase était sans doute passée plus vite pour ses aînées...

blog-maman-picou-bulle-laisser-ou-non-bebe-pleurer

Mais surtout, car je me sentais alors moins tiraillée par l'injonction qu'on nous renvoie aujourd'hui sans cesse : on ne laisse pas pleurer un bébé.

Pour ma grande, j'avais appliqué, avec succès, la fameuse méthode "5-10-15", aujourd'hui un peu controversée : laisser pleurer bébé quelques minutes, revenir le rassurer, puis le laisser de nouveau, un peu plus longtemps, avant de revenir encore, etc jusqu'à ne plus revenir. Au bout d'une semaine éprouvante pour mon coeur de maman, c'était plié.

Pour ma cadette, c'était plus difficile : je n'osais plus trop la laisser pleurer, de peur de gêner sa grande sœur. La journée, elle s'endormait assez facilement ; mais, la nuit, je venais systématiquement lui donner le sein ou la garder dans mes bras, en silence, jusqu'à ce qu'elle se rendorme. Elle a mis près de 3 ans à dormir de vraies nuits complètes.

Je n'en tire aucune conclusion : tout cela ne tient pas qu'à la manière dont je m'y suis prise, il n'y a pas selon moi de "bonne méthode" pour accompagner l'enfant au sommeil - juste un fonctionnement propre à chaque enfant, selon ce qu'il est et ce qu'est alors notre environnement. Ce qui avait marché pour ma grande, n'a pas fonctionné pour ma 2ème ; et pour ma 3ème, c'est encore différent.

J'ai aujourd'hui moins de temps à consacrer à son endormissement, pressée par le temps que je dois consacrer à ses sœurs, à l'organisation de la maison, ou encore à moi-même, pour préserver mon énergie... Je suis sans doute plus impatiente, et plus exigeante, aussi.

Chaque minute de son sommeil m'est pour l'instant précieuse, et en général bien rentabilisée - alors j'y tiens, d'autant plus qu'elle m'en a plutôt peu laissé l'occasion d'en profiter jusqu'ici. Ce n'est peut-être pas l'opinion dominante, qui voudrait aujourd'hui être entièrement et uniquement tournée vers l'enfant au détriment de soi-même ; mais c'est ma réalité de mère de 3 enfants.

Et c'est sans doute là que se trouve une partie de mon mal-être actuel, ou, comme le mot est tout de même trop fort, de mon inconfort.

blog-maman-picou-bulle-bebe-pleure

Car que je reste auprès de Comète pour l'endormir, ou que je la laisse pleurer, j'ai l'impression de mal faire.

Ceux qui te disent "il faut la laisser pleurer, ne surtout pas céder", comme si c'était une solution facile et évidente, n'ont pas l'expérience ou plus le souvenir de ce que ça représente, pour une mère... Je crois pourtant fermement, comme eux sans doute, qu'il faut parfois laisser pleurer son enfant ; certains ont besoin de ces pleurs de décharge pour évacuer la pression et trouver la sérénité nécessaire à leur sommeil.

C'est si facile à dire, quand on a pas les cris de son enfant en tête... Mais c'est vite oublier combien ceux-ci de son enfant vous vrillent le coeur et le cerveau, en tellement peu de temps... 2 petites minutes semblent déjà une éternité, tant les cris résonnent en nous, en ligne directe avec nos émotions. Alors laisser durer... c'est une petite torture.

Mais je réalise en même temps le poids écrasant qu'ont pris en parallèle les doctrines bienveillantes, sur les réseaux sociaux et dans la société actuelle, et combien elles peuvent être culpabilisantes.

On nous répète à longueur de temps qu'on "ne laisse pas pleurer son bébé", qu'il faut être là pour lui, aimante et dévouée, tout le temps prête à s'adapter pour le rassurer, le cajoler, le materner. Un message largement martelé, sans discernement ni nuances : car laisser pleurer un nouveau né pendant une demi-heure, ce n'est pas la même chose que de laisser pleurer un bébé d'un an une petite dizaine de minutes, après lui avoir expliqué.

Mais le message qui passe chez les mères, c'est uniquement "il ne faut pas" ; et cela laisse des dizaines de situations où l'on le sent coupables, nulles, en faute, alors qu'on n'a pourtant rien fait de mal, et que bébé n'aura pas pour autant de traumatismes.

Comment dès lors ne pas se sentir minable quand on ose laisser pleurer son bébé, ne serait-ce qu'un peu, parce que rien d'autre ne fonctionne? Comment ne pas croire que, sûrement, on ne sait pas s'y prendre, qu'on baisse juste prématurément les bras, ou même carrément, qu'on n'aime peut être pas assez son bébé? Une torture sans doute encore plus insidieuse que quelques pleurs à notre oreille.

Je suis pourtant droit dans mes bottes : je sais à quel point j'aime ma fille, et que je fais toujours de mon mieux, avec les cartes que j'ai en main, au moment donné.

blog-maman-picou-bulle-laisser-bebe-pleurer-ou-pas

Je ne cherche pas à être une mère parfaite, ni à remplir les cases d'un dogme quelconque...

Et surtout, c'est avant tout ma fille que je cherche à convaincre, et personne d'autre. Peu m'importe le jugement, si ce n'est celui que je porte sur moi-même.

Mais tourmentée entre mon envie d'être là pour elle, et en même temps, de la laisser apprendre à gérer seule, je finis par être totalement perdue. Et pas loin de penser que du coup, Comète l'est aussi ; ce qui n'aide sans doute pas à ce que la situation aille vers le mieux.

Bien sûr, ça viendra. Comme pour son sommeil qui un jour semble s'être débloqué, on trouvera la clé. Elle comme moi, on tâtonnera, et un jour, sans qu'on comprenne comment ni pourquoi, elle s'envolera sans sourciller dans les bras de Morphée.

Mais d'ici là, je dois l'avouer, je ne sais pas sur quel pied danser, ni quelle posture adopter. Et lâcher prise sur ce point m'est plus difficile que je ne l'aurais imaginé. Sans doute parce qu'après tout, ça ne dépend pas vraiment de moi...

Il faudra que j'attende que Comète, d'elle-même, se sente suffisamment en confiance pour s'abandonner au sommeil, sans rituel.

D'ici là je prendrai mon mal en patience... Et rassurez-vous quand même : ça ne m'empêchera pas de dormir, moi!^^

blog-maman-picou-bulle-pinterest-laisser-pleurer-bebe

 

Publié dans Maternité-grossesse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Emilie 18/09/2020 20:44

Une simple question me vient : et avec son Papa ça se passe comment l'endormissement ?

Picou 18/09/2020 22:49

A peu près pareil, mais la plupart du temps, de part notre organisation familiale c'est surtout moi qui suis disponible à ce moment là. Lorsque c'est lui, ça ne change pas son attitude ; en revanche il est parfois moins patient que moi, ou a moins l'habitude de cette petite routine qui fonctionne à peu près, donc ça marche parfois encore moins bien lorsque c'est lui qui s'y colle!

Esthel 18/09/2020 19:00

Ton article me rappelle tellement ce que j'ai vécu avec mes deux aînés. Il m'a fallu trois enfants pour trouver une autre manière de faire qui me convienne et qui roule bien avec notre famille. Au final, le sommeil des bébés reste l'un des sujets principaux de mon blog. Car je suis persuadée qu'il y a une approche adaptée à chacune, de la plus soft à la plus carrée, et qu'aucune ne traumatise bébé. Tu devrais y faire un tour ????

Picou 18/09/2020 22:47

J'irai lire ça, merci! Je crois que c'est en effet un thème incontournable et... infini! Ce qui est sûr c'est qu'il faut s'adapter à l'enfant, au jour le jour, selon ses propres ressources. Il ne peut y avoir de solution universelle, sinon ça se saurait je crois ;o)

Petitsruisseauxgrandesrivieres 18/09/2020 00:36

J'ai envie de te dire, fais bien comme tu le sens en faisant fi de ce que tout le monde pense et dit. C'est clair que les parents d'aujourd'hui sont beaucoup plus attentifs à ne pas laisser pleurer un bébé. Comme toi, j'ai agi très différemment pour mon dernier par rapport à mon aîné. Mais finalement, je ne sais pas si c'était mieux. Je te fais juste part de mon expérience : Je m'étais rendu compte que rester à côté de mon bébé, l'empêchait de s'endormir. Ma présence le maintenait éveillé. Il la souhaitait, mais ça le stimulait. Comme toi, j'ai testé toutes les techniques d'endormissement. Dans les bras, puis posé sur le lit, puis tenir mes mains sur lui, puis les enlever doucement, et ainsi de suite... J'ai ressenti la même exaspération que toi. Après j'ai réduit la durée du rituel, sinon ça finit par devenir plus angoissant qu'autre chose. Maintenant je ne reste jamais plus de qq minutes. Ils dorment bien :)

Picou 18/09/2020 08:27

Oui, je fais ça au feeling et puis ça finira bien par "prendre" mais c'est vrai que je ne ressentais pas si fort pour mes grandes le poids des injonctions et je me rends compte la pression que ça met, quand bien même tu es comme moi droit dans tes bottes...

Sabrina - Et si le bleu 17/09/2020 21:23

Qu'est-ce que c'est compliqué l'endormissement des enfants...
Tu expliques parfaitement les choses : injonctions contradictoires, culpabilisation quelle que soit la solution mise en place...
Je crois aussi que c'est une des raisons pour lesquelles j'ai eu un allaitement très très long (le sommeil ayant été très complqiué, je ne voulais pas me coltiner le sevrage en plus).
Je t'envoie plein de courage, mes réserves de patience, j'en ai encore vraiiiment besoin. ;)

Picou 17/09/2020 21:55

Ah ah!^^ je te laisse ta patience, au final j'arrive à me débrouiller avec ce qu'il m'en reste mais c'est vrai que je trouve ça difficile d'avoir le cul entre deux chaises, comme on dit : quoi qu'on fasse on ne se sent pas bien. Mais tout cela finit bien par passer... C'est au moins ce que m'a appris mon expérience!

emi 17/09/2020 14:18

J'ai un bébé de 21 mois et je vis exactement la même chose !! Je suis tiraillée par les MEMES questionnements. Pour l'instant j'ai abandonné le "laisser pleurer" au profit du je reste jusqu'à l'endormissement mais faut pas non plus que j'y passe ma soirée, quand ça fait dejà 25-30min, ma patience commence à diminuer et la hate de prendre enfin du temps pour moi se fait sentir..
Je n'ai donc pas trouvé de solution, j'attend comme toi que mon fils se sente prêt et en confiance pour s'endormir seul mais jusqu'à quand ... ? bon courage :)

Emi 18/09/2020 10:36

Oui c'est clair qu'on l'intègre cette pression et qu'au final on ne sait plus quoi faire parfois et ça se fait au détriment de notre santé et de notre mental ... Pas simple de trouver un équilibre

Picou 17/09/2020 15:13

Oui, j'ai beau être droite avec mes choix, sur ce point j'oscille sans arrêt d'un bord à l'autre. Et en ce moment c'est quand même plusieurs fois chaque jour! bonjour la schizophrénie ;o) - enfin, je parle de cet exemple car c'est ce que je vis en ce moment mais je trouve ça symptomatique de la pression que nous colle insidieusement l'omniprésence des théories bienveillantes...