Lecture - 'Les déracinés', de Catherine Bardon

Publié le par Picou

blog-maman-picou-bulle-les-deracines-catherine-bardon

L'été, j'aime particulièrement me plonger dans de grandes sagas - et j'ai trouvé mon bonheur dans ma dernière lecture, "Les déracinés", de Catherine Bardon.

Une grande fresque romanesque par excellence, comme je les aime, mêlant la petite histoire de personnages forts et attachants aux grands tourments de l'Histoire, au fil de décennies entières.

Vienne, à l'aube des années 30... L'âge d'or de l'effervecente vie culturelle et artistique de la ville, et le décor idéal pour le coup de foudre qui touche le jeune Wilhem, journaliste culturel loyal et pragmatique, et la belle Almah, bourgeoise exaltée et idéaliste.

Tous les deux juifs peu pratiquants, parfaitement intégrés dans l'élite de la société, et chacun entourés d'une famille aimante, le monde semble leur tendre les bras. On s'enthousiasme vite pour leur amour vibrant, aussi évident que constamment nourri de leurs deux caractères complémentaires.

Mais leur insouciance et leur bonheur un peu naïf est vite confronté aux dures réalités de la montée de l'antisémitisme en Autriche, et plus largement en Europe...

blog-maman-picou-bulle-les-deracines-bardon

Ils sont bientôt forcés de quitter leur pays tant aimé pour une longue errance, à la recherche d'une terre, d'une vie et d'une identité qu'on ne leur volera plus.

Toute une vie faite de compromis, de découvertes et de désillusions, de bonheurs et de peines, d'amitiés et de déchirements ; plusieurs vies en une, par la richesse de leurs parcours et des rencontres qu'ils feront en cours de route.

Tout au long de leur exil, ils devront faire face à l'inconnu, subir maints revirements, et sans cesse s'adapter - mais ensemble, ils trouveront la force de tout affronter.

Une histoire personnelle chahutée, au coeur d'un monde qui s'effondre - perdant tour à tour leur statut social, leur socle familial, leurs idéaux et jusqu'à leur identité, il ne leur reste que l'espoir, pour réussir à toujours tenir le cap.

L'auteur lève le voile sur un pan méconnu de la guerre, celui de ces "déracinés", contraints à l'exil pour survivre, à la fois chanceux d'échapper à l'horreur, et en proie à à un déchirement aux formes plus douces mais parfois plus sournoises - celles d'une éternelle nostalgie, teintée de culpabilité.

Le sacrifice de leur terre et de leur langue, l’abandon de leurs rêves et l'acceptation silencieuse de leur sort seront le prix à payer pour une vie finalement clémente. 

blog-maman-picou-bulle-les-deracines-bardon-republique-dominicaine

C'est sous le soleil trompeur de la République Dominicaine qu'ils vont finir par rebâtir leur vie, au sens propre comme figuré.

La dictature alors en place est en effet le seul état à proposer d'accueillir les juifs venus d'Europe - pour y construire des colonies sur le modèle des premiers kibboutz, dans un espace complètement vierge, où tout reste à créer.

Un formidable défi pour Will et Almah, arrachés à une terre et une vie qu'ils ne pourront de toute façon jamais retrouver comme ils les ont laissés... mais est-il si facile, ou même seulement possible, de vraiment se reconstruire ainsi?

Pour construire son récit, Catherine Bardon s'est inspirée de faits réels méconnus, qu'elle met habilement en lumière armée de son amour profond pour la République Dominicaine, où elle vit en partie.

L'équilibre entre le romanesque et le contexte historique est subtilement dosé, et l'on apprend autant qu'on se divertit au fil d'une lecture particulièrement intense. Le cadre de l'histoire s'appuie sur une documentation particulièrement solide, chargée de beaucoup de détails, qui permet au lecteur de s'embarquer pleinement dans un récit ancré dans une réalité historique.

Une trame d'une richesse incroyable, dont la force narrative relève souvent le style, qui bien qu'agréable et fluide, manque parfois juste un peu de chaleur et de charme.

blog-maman-picou-bulle-critique-les-deracines-catherine-bardon

L'alternance des chapitres entre récit très factuel, façon journal de bord, et extraits plus lyriques des cahiers intimes de Will, crée en effet un décalage parfois déroutant. 

On oscille sans cesse entre recul journalistique et enjeux psychologiques, ce qui n'épargne pas quelques longueurs, pourtant paradoxales alors que le rythme de l'histoire file à toute vitesse.

Mais l'histoire d'amour profonde entre les deux personnages principaux offre au roman l'intensité constante qui permet d'accrocher le lecteur jusqu'au bout (même si la fin m'a un peu moins emballée).

Will et Almah se complètent parfaitement, donnant chacun à l'autre la force de se révéler, tout en trouvant eux-mêmes chez l'autre la force de tenir et d'aller plus loin. Ils n'en ont pas moins des failles, et leur histoire est partagée avec sentimentalisme, mais sans mièvrerie, ce qui lui donne d'autant plus de force.

C'est leur amour qui leur ouvre la voie d'une résilience exceptionnelle, et qui permet d'ancrer l'histoire dans une continuité qui donne envie de connaître la suite. Car l'auteur a déjà écrit 2 autres tomes à son histoire, et malgré les presque 700 pages de ce premier opus, on referme le livre avec l'envie de vite connaître le destin de Ruth, la fille de Will et Almah, autour duquel est centré "L'Américaine", que j'ai maintenant hâte de découvrir.

Une vraie saga comme j'aime en lire en vacances, foisonnante et prenante, aussi enrichissante que divertissante. Un livre qu'on ne lâche pas!

blog-maman-picou-bulle-pinterest-les-deracines-catherine-bardon

 

Publié dans Lecture, Culture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Sophie 14/09/2020 17:04

Je te remercie pour le partage ! Je cherchais justement un livre à lire durant mon long trajet en métro. De plus, l’histoire semble vraiment intéressante (comme j’aime) et j’ai hâte de m’y mettre.

Sophie 18/09/2020 15:42

J’ai commencé la lecture et j’ai hâte de découvrir la suite

Picou 14/09/2020 17:27

J'ai vraiment beaucoup aimé! j'ai déjà le tome 2 sous le coude mais je ne l'ai pas encore commencé!

MamanDe4 29/07/2020 22:14

ah, celui ci je l'ai lu en avril dernier, et j'ai adoré ! de fait j'aime beaucoup Zweig et ses écrits d'avant guerre.. j'ai beaucoup aimé lire la résilience de ce couple malgré tout ce qu'ils ont connu et les sacrifices réalisés, jusqu'à la fin, à laquelle on ne s'attend pas du tout. A lire absolument !!
et je ne savais pas qu'il y avait la suite, merci ! ;)

Picou 30/07/2020 16:19

Moi j'ai été un peu moins convaincue justement par la fin mais sans que ça gêne ma lecture. Maintenant j'ai hâte de lire le tome 2!