Réussir son allaitement - étape 3 : surmonter les difficultés

Publié le par Picou

blog-maman-picou-bulle-probleme-allaitement

Même si tout n'est pas évident au début, une fois lancée, allaiter devient en général plus simple. Mais on peut tout de même encore rencontrer quelques difficultés...

On présente souvent l'allaitement comme une "belle aventure", une solution naturelle et formidable par laquelle maman comme bébé sont entièrement comblés. Sans être totalement faux, car nous sommes nombreuses à en garder de merveilleux souvenirs, il faut bien avouer qu'il s'agit quand même d'une image d’Épinal!

Quand tout se passe bien, on peut réellement ressentir ce fameux état de béatitude auquel aspirent beaucoup de mamans ; mais au risque d'en décevoir certaines, ce n'est pas toujours le cas... et tout ne se passe forcément sans encombre.

Même lorsqu'on a réussi la mise en route, et que tout semble sur les rails, l'allaitement peut prendre du jour au lendemain une tournure inattendue et déroutante.

Allaiter n'est pas si inné que l'on veut bien le laisser croire... Les petits doutes et les ajustements sont monnaie courante, et on peut même carrément faire face à de vrais blocages, pour soi ou pour bébé.

Et quand la machine s'enraye, on se retrouve vite démunie... "J'ai tellement mal, ce n'est pas normal! Je ne dois pas m'y prendre correctement, bébé n'a pas l'air bien... Est-ce qu'il boit suffisamment?! Je ne sais pas si je vais tenir - je ferais peut-être mieux d'arrêter..."

Quand on rencontre des problèmes avec son allaitement, on en vient vite à se sentir coupable, perdue, et démotivée.

blog-maman-picou-bulle-problemes-pour-allaiter

Pas facile de se retrouver seule et en souffrance face à un bébé en pleurs, quand on sait qu'on est la seule à pouvoir l'aider, mais qu'on ne sait pas pour autant quoi faire!

On dit tellement que l'allaitement est formidable... Si ça ne marche pas, c'est sans doute que l'on s'y prend mal? Quand d'un coup on n'y arrive plus, et que ça impacte directement la prunelle de nos yeux, on peut vite perdre pieds.

Pourtant, comme pour la mise en route ou pour l'organisation quotidienne, dont je vous ai déjà parlé, être bien renseignée en amont fait une différence énorme pour mieux réussir à gérer les difficultés.

Avant tout parce qu'en connaissant les problèmes d'allaitement les plus courants, on arrive mieux à les identifier lorsqu'on est à son tour concernée ; et ensuite, parce que ça aide à comprendre que beaucoup d'autres mamans les ont affronté, et ont su les surmonter.

De quoi se rassurer en sachant que des solutions existent, et sont à notre portée!

J'aimerais donc aujourd'hui revenir sur les principaux écueils auxquels vous pourrez être confrontées en allaitant votre bébé.

blog-maman-picou-bulle-allaitement-difficile

Rien ne dit que vous devrez y faire face... Mais si c'était le cas, au moins, vous saurez à quoi vous attendre. Et croyez-moi, c'est une aide précieuse!

Quelques risques à connaître, quand on allaite :

Le mirage des témoignages


Avant d'entrer dans le vif du sujet, j'aimerais commencer par une petite mise en garde. 

Pour vous renseigner sur les difficultés que vous rencontrerez, qu'elles soient accessoires ou majeures, vous aurez sûrement le réflexe de chercher des témoignages de mamans allaitantes.  On en trouve à foison sur la toile, car c'est une expérience marquante dont on a souvent plaisir à parler!

Mais la plupart d'entre eux manque singulièrement de nuances... Soit il s'agit de récits exaltés, qui idéalisent démesurément la réalité ; soit de grosses galères, exagérant des ressentis ou des problèmes finalement assez marginaux. Entre les deux, on voit assez rarement des descriptions "ordinaires", ancrées dans le quotidien de la plupart des mamans... et c'est pourtant probablement ces histoires là qui représenteraient le mieux ce que vous allez vivre.

Sachez donc faire très attention aux récits d'allaitement partagés sur les réseaux sociaux et les groupes thématiques. Les groupes d'allaitantes peuvent d'ailleurs devenir assez "sectaires", ou en tout cas pas si bienveillants qu'ils en ont l'air. Une guerre anti-biberon (voire même anti tire-lait...) aussi ridicule qu'inutile y est parfois entretenue, et mieux vaut ne pas trop s'écarter du "droit chemin" prôné par certaines extrémistes, au risque d'être décriée.

Sachez donc toujours garder du recul sur ce que vous lisez! Les témoignages en ligne sont une super opportunité d'entraide - mais aussi un défouloir pour beaucoup... N'oubliez pas que quand tout va bien, on a moins tendance à l'écrire, et qu'une grande majorité de mamans allaitantes gardent un souvenir ému de cette période... avec ses bons comme ses mauvais côtés ;o).

blog-maman-picou-bulle-allaitement-groupes
(là, par exemple, c'est un peu idéalisé par rapport à la réalité^^)

  La courbe de poids


Une des premières pressions auxquelles vous risquez de devoir faire face, c'est celle de la courbe de poids de bébé. C'est une surveillance qui commence dès les tous premiers jours, à la maternité, et qui met souvent déjà à mal l'allaitement de beaucoup de jeunes mamans.

Si bébé ne reprend pas du poids assez vite, on a vite fait de nous pousser à accepter un biberon, puis un autre, pour accélérer la tendance (et accessoirement libérer notre chambre plus vite...). Malheureusement, cela peut avoir des effets désastreux sur la mise en route de l'allaitement... Sans vous braquer pour autant, attention à ne pas tout accepter - engagez la discussion, soyez à l'écoute, mais restez ferme selon vos convictions.

Après la sortie de l'hôpital, le poids de bébé reste un indicateur important de la bonne santé du nouveau né - on scrute donc toujours son évolution de près, en s'appuyant la plupart du temps sur les mesures du carnet de santé. Seulement, celles-ci sont basées sur les chiffres d'une alimentation au lait maternisé, et ne correspondent pas toujours à celles d'un allaitement...

Les premiers temps, sachez qu'un bébé allaité grossit souvent moins fort qu'un bébé nourri au lait artificiel. Ne paniquez donc pas si bébé n'entre pas parfaitement dans la courbe! Ce qui est important, c'est surtout qu'il ait une croissance stable et régulière.

Prenez-le en compte dans vos discussions avec les professionnels qui suivent votre enfant... Mais restez tout de même vigilante, en observant régulièrement cette progression, pour vous assurer que bébé s'alimente bien suffisamment.

blog-maman-picou-bulle-quand-allaitement-difficile

  La confusion sein-tétine


De manière générale, et particulièrement les tout premiers temps,  il est préférable d'éviter de proposer une tétine/un biberon à votre bébé, si vous souhaitez l'allaiter.

Cela peut en effet perturber sa capacité de succion, car le sein et la tétine/biberon ont des formes et des débits différents. Bébé pourrait être déstabilisé par cette différence, et devenir un peu "paresseux" en s’apercevant que les résultats sont plus rapides et faciles à obtenir avec une tétine, préférant alors se détourner du sein.

Même si certains bébés ne sont pas trop affectés par le problème, et que dans tous les cas, ce n'est pas forcément irrémédiable, mieux vaut éviter de prendre ce risque...

Si vous avez ponctuellement besoin de "boosters" ou d'alternatives au sein, pensez à essayer d'utiliser une cuillère, une seringue plastique, ou plus tard une tasse à bec ou un verre pour donner quelques quantités de lait.

blog-maman-picou-bulle-comment-bien-allaiter

  Douleurs et crevasses


L'une des difficultés qui entravent le plus l'allaitement est la douleur, parfois intense, ressentie à la tétée. Passées les premiers jours, où il est normal que le téton soit encore ultra-sensible, il n'est pas normal de ressentir de forte douleur ; si c'est le cas, c'est qu'il y a un problème.

Il peut s'agir d'un vrai problème physique, mais le plus souvent, c'est la position de bébé qui n'est pas bonne, et qui le pousse à tirer anormalement sur le sein. Avec la répétition des tétées, ça finit par faire très mal, voire même par créer des crevasses (des fissures profondes sur ou autour du mamelon), qui deviennent de plus en plus douloureuses si bébé continue à mal téter - c'est un cycle infernal.

La solution sera alors de rectifier la position de bébé (en vous faisant aider d'une conseillère, qui saura identifier l'origine du problème et vous guider), et de soulager la douleur existante.

Certaines utilisent des téterelles (ou "bouts de sein"), qui permettent d'éviter le contact direct avec la bouche de bébé, mais qui gênent souvent le flot du lait.

Le lait maternel, étalé sur la zone douloureuse, fait des miracles ; il existe aussi certaines crèmes très grasses qui sont très efficaces, comme l'huile d'amande douce ou la lanoline, souvent conseillée par les maternités (à appliquer avant, puis après la tétée). Et dans les cas les plus douloureux, reposer le mamelon en utilisant un tire-lait peut beaucoup aider, le temps de la cicatrisation (ils existent en version manuelle ou électrique, selon l'utilisation voulue, plus ou moins ponctuelle).

Dans certains cas, le problème peut aussi venir du bébé en lui même, qui rencontre un problème de succion - par exemple parce que son frein de langue est trop court ou qu'il place anormalement sa langue. Dans de tels cas, mieux vaut consulter pour qu'une rééducation, ou même une petite opération, puisse être proposée à bébé.

blog-maman-picou-bulle-allaitement-difficile

  Engorgement et inflammations


Lorsque les tétées se font trop espacées (même si l'on est ravies de pouvoir dormir un peu^^!), ou quand la production de lait est trop importante, le lait "s'accumule" dans les canaux lactifères, les bloque, et le(s) sein(s) devienn(en)t alors gonflés, tendus et douloureux - parfois durs comme de la pierre.

Bébé peut alors être gêné pour téter, et la situation devient très vite particulièrement inconfortable pour maman... Heureusement, c'est une situation temporaire qui ne dure en général pas plus de 24 à 48h.

Pour se soulager, on peut laisser couler brièvement de l'eau chaude sur le sein et le masser ; mais le plus simple et le plus efficace est de faire téter bébé, ou s'il a du mal, de tirer soi-même un peu de lait avant de reproposer le sein redevenu plus souple (attention toutefois à ne pas trop vider soi-même le sein - au risque de stimuler encore plus la lactation, et d'amplifier le problème).

Si l'on sent carrément une masse douloureuse enflée, dans le sein, cela peut être dû à un canal lactifère bouché, ou à une inflammation, qui s'accompagne souvent de fièvre (par exemple une mastite). Il peut s'agir d'une infection causée par une bactérie entrée par une lésion sur le sein ; il faudra alors consulter un médecin et prendre un traitement médicamenteux pour régler le problème.

blog-maman-picou-bulle-problemes-allaitement

  Pas assez, ou trop de lait...


Lors des premiers jours, il est normal que la production de lait reste très limitée ; mais une fois la montée de lait achevée, d'une femme à une autre, on peut avoir une lactation très différente. Certaines produisent beaucoup de lait, d'autres peu ; ça n'a rien à voir avec la taille des seins, et on ne peut pas tellement le contrôler!

Hormis certains cas particuliers - souvent dus à d'autres problèmes de santé - ou dans des cas où bébé n'est pas assez fréquemment ou mal stimulé, même si on en doute, la plupart du temps notre production de lait est suffisante. Lors des pics de croissance de bébé, on peut avoir l'impression qu'il n'arrive pas à boire assez - mais c'est souvent normal, et surtout temporaire.

On nous met parfois sacrément la pression, pour que bébé prenne bien, et vite, du poids... Le cas échéant, si vous voulez augmenter votre production, il peut être conseillé de boire de la bière (sans alcool!) ou de la tisane de fenouil ou d'anis, supposées stimuler la lactation. Utiliser un tire-lait peut aussi aider à produire des quantités plus importantes (notamment en tirant les 2 seins en même temps).

A l'inverse, on peut aussi avoir une production trop abondante, sentir ses seins tendus trop vite et les voir couler tout seuls - sans parler de bébé qui peut souffrir d'un trop plein, et régurgiter après chaque tétée!

Une situation gênante, qui peut en partie améliorée avec des tisanes de sauge, et être gardée "discrète" grâce à des coussinets d'allaitement glissés dans son soutien-gorge.

Si vraiment on a trop de lait, on peut exprimer le "surplus" (manuellement ou au tire-lait) pour le congeler, ou le donner à un lactarium - avec quand même le risque d'amplifier le problème en stimulant trop ses seins. Et dans les cas les plus radicaux, on peut discuter avec une conseillère en lactation d'éventuelles techniques de blocage de la lactation.

blog-maman-picou-bulle-difficultes-pour-allaiter

  Le réflexe d'éjection fort (REF)


Sans que ce soit forcément lié avec une lactation trop forte, chez certaines femmes, le lait est expulsé si fort et si vite hors du sein que bébé en est gêné.

Ce "réflexe d'éjection fort" (ou REF) est involontaire, et indolore ; on ne sait pas vraiment ce qui le provoque, mais quand ça arrive, au lieu d'arriver au compte goutte, le lait gicle carrément en jet, façon karcher. Forcément surprenant pour bébé, qui n'en attendait pas tant!

Il déglutit fort, se tortille et râle, lâche sans arrêt le mamelon pour le reprendre, et manque même souvent de s'étrangler... Bref, il n'aime pas ça et finit par arrêter de téter, souvent en pleurant de frustration. Comme on est désemparée devant son bébé, si agité! Comme on ne voit pas vraiment l'arrivée du lait, qui se fait dans la bouche de l'enfant, on ne réalise pas toujours sur le coup ce qui est en train de se passer.

Dans le doute, on peut alors pincer soi-même le mamelon pour observer la sortie du lait - si l'on voit partir un grand jet, on est fixées! C'est assez impressionnant, mais peut être soulagé. En exprimant les premiers jets les plus puissants dans un récipient ou dans un lange, le flot devrait ensuite se réduire suffisamment pour permettre à bébé de téter plus calmement quand on le remet au sein. Allaiter couchée semble aussi aider à "calmer le jeu", par un effet de gravité.

Veiller à proposer régulièrement des pauses à bébé, et à l'aider à faire quelques rots pourra réguler sa tétée et aider sa digestion. Petit à petit, bébé devrait apprivoiser l'arrivée du lait et reprendre confiance en la tétée - et la situation devrait se stabiliser.

Avoir conscience que toutes ces difficultés peuvent arriver pourra grandement vous aider, le moment venu. Mais n'oubliez pas que tout peut aussi très bien se passer!

blog-maman-picou-bulle-pinterest-reussir-allaitement-difficultes

Publié dans Maternité-grossesse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Charlotte - Enfance Joyeuse 08/05/2020 08:34

Quel super article ! C'est si important de parler tout ça !!!! Tu as mis des mots sur des situations qui peuvent arriver dans un allaitement et qui, quand elles touchent personnellement, désarçonnent bien souvent. Alors je suis certaine que de les connaitre en amont et de savoir que ça peut arriver, ça va aider bien des femmes !

Picou 08/05/2020 14:34

Merci beaucoup! C'est exactement l'objectif de mes billets sur l'allaitement... je crois qu'être bien informée en avant permet réellement d'avancer plus sereinement, et je serai ravie que ça puisse aider quelques jeunes mamans!