Démarrer son allaitement

Publié le par Picou

allaitement

Allaiter son enfant est un choix personnel, qui doit venir d'une envie profonde, sans quoi il peut être facile de baisser les bras.

J'ai pour ma part allaité mes deux filles avec succès, la première pendant environ 6 mois, et la deuxième 9 mois.

J'ai mené un allaitement exclusif au sein, pour chacune d'entre elles, jusqu'à leur diversification, puis j'ai continué en mixte, espaçant petit à petit les tétées pour finir par ne garder que les tétées "câlin" du matin et du soir à ma reprise du travail. J'ai arrêté à chaque fois naturellement, selon un besoin que je sentais partagé par mes filles et moi-même.

C'était une période éprouvante, éreintante, mais très enrichissante dans la relation que j'ai bâtie avec mes enfants. Une parenthèse à part, un moment de fusion dans un petit cocon mère-enfant, que j'ai au final grandement apprécié malgré toutes les contraintes.

J'ai eu la chance de connaître des allaitements "faciles" qui se sont globalement bien déroulés, sans problèmes "majeurs".

Mais si au final, mes allaitements ont été si réussis, je pense le devoir beaucoup à ma détermination.

Parce que si lors d'une grossesse, le discours général est ouvertement pro-allaitement, quand il s'agit enfin de mettre l'allaitement en place concrètement, de réellement "lancer la machine", alors...il n'y a plus personne!

Si la sage-femme est aux petits soins pour la toute première tétée en salle d'accouchement, dès qu'on est revenue en chambre, tout devient plus flou.

Soit on a pas de conseils du tout sur la manière de faire, alors qu'évidemment le mode d'emploi n'est pas livré avec le bébé, soit au contraire, on nous prodigue 50 avis discordants, issus d'autant d'interlocuteurs différents qui défilent en restant à peine 5mn dans notre chambre.

Dans tous les cas, on se retrouve très vite complètement perdue!

Ce n'est évidemment que mon ressenti, peut-être que d'autres ont été mieux accompagnées que je ne l'ai été à l'hôpital - mais pour ma part, j'ai trouvé ça vraiment difficile à mettre en route, au tout début.

Je me suis sentie un peu abandonnée dans mon envie de bien faire, voire même découragée, lors des tout premiers jours pourtant cruciaux.

En effet, ma Chouquette était un gros bébé (4,240kg, ma bestiole - pas mal pour un 1er bébé, hein?!) ; elle passait donc son temps à dormir. Autant dire que je la laissais faire, toute contente de pouvoir à loisir la contempler, et me reposer de mon côté...Erreur!

Personne ne m'a expliqué qu'il fallait au contraire la stimuler, pour encourager ma montée de lait. Celle ci a donc fini par se faire un peu tard, 5 jours après sa naissance - une durée  peu compatible avec les objectifs de rentabilité d'un hôpital, et leur besoin de libérer la chambre...

Sans montée de lait, ma fille n'arrivait pas à reprendre assez de poids pour que sa courbe soit satisfaisante pour une sortie. Le personnel médical a donc essayé de me pousser vers une solution de commodité, assez décourageante : me culpabiliser, en faisant vibrer ma corde sensible. Autrement dit...me pousser à donner quelques biberons au bébé, pour accélérer sa prise de poids (et notre sortie, évidemment).

Seulement, un biberon, ça va, mais deux, bonjour les dégats! ;o)

Il est tentant de céder aux demandes du personnel de l'hôpital, qu'on imagine qualifié et de bon conseil...pourtant leur objectif n'est malheureusement pas toujours de nous aider à mettre sereinement en place de votre allaitement, mais parfois plutôt d'amener le bébé à grossir à tout prix, pour gérer leur service plus efficacement.

Et si l'on habitue trop un bébé à la tétine du biberon, il risque de finir par refuser le sein, par facilité, et il sera alors difficile de mettre en place un allaitement durable...

Au delà d'un biberon "exceptionnel", il vaut donc mieux tenir un peu tête au personnel médical, pour continuer un allaitement exclusif (tant que le bébé n'est pas en danger, évidemment).

Quand les sages-femmes ont commencé à insister de plus en plus lourdement sur le besoin de donner à ma fille "encore un dernier biberon pour accélérer la prise de poids", j'ai eu le réflexe de m'imposer, et de refuser cette solution de facilité. Je suis restée courtoise, mais déterminée, et je n'ai pas lâché l'affaire.

Mais je sais que beaucoup de jeunes mamans, un peu perdues face à une mise au sein difficile, et sous la pression d'un personnel supposément qualifié, n'ont pas eu cette force...

...et ont vu parfois leur allaitement sabordé par un renoncement trop rapide, qu'elles ont amèrement regretté par la suite.

A l'hôpital, on a souvent affaire à un personnel bien entendu qualifié, mais pourtant relativement peu formé sur l'allaitement.

En tant que toute nouvelle maman, en pleine fatigue et sous le coup d'un chamboulement hormonal, et au milieu de 25 conseils différents et contradictoires, on se retrouve vite paumée!

Et on ne se rend pas forcément compte que les conseils qu'on nous donne ne sont pas forcément les plus appropriés. Certaines sages-femmes ne sont pas à l'écoute, manquent de tact, ou se contentent de ressasser des conseils un peu bateau.

Là où on aurait besoin d'être rassurées, encouragées, et soutenues, on nous laisse souvent au contraire facilement baisser un peu les bras, pile au moment où la motivation est indispensable.

Les premiers jours de mise en place, à la maternité, sont en effet déterminants pour la suite d'un allaitement.

Ce sont les plus difficiles, je crois, ceux où il faut s'accrocher un peu pour tout mettre sur des rails, et que la suite puisse rouler. Si l'on réussit cette première étape, et que notre bébé y met un peu du sien, le reste est souvent bien plus simple passées les quelques premières semaines.

Pourtant, de ce que j'en ai vu, peu d'hôpitaux ont un référent spécifiquement formé à l'allaitement, et proposent un accompagnement adapté en ces premiers jours cruciaux où installer son allaitement.

Certaines associations existent - en premier lieu la fameuse et incontournable Leche league, mais il en existe beaucoup d'autres - et sont une précieuse mine d'informations, prêtes à renseigner en détails sur simple appel...mais on en est peu informées, notamment lors de ces premiers jours.

allaitement-sein

A l'hôpital, je n'ai pu compter que sur mon propre instinct, et sur quelques conseils bienveillants, mais rapides, d'une seule sage-femme.

Personne ne m'a expliqué concrètement qu'il fallait stimuler mon bébé, ou comment le faire ; ni montré comment repérer les signes de son envie de tétér pour l'allaiter à la demande. Personne ne m'a expliqué quelles douleurs étaient normales ou pas, ou comment les alléger efficacement.

On m'a donné quelques explications très générales sur la position à adopter ou le matériel de base...

Mais si j'avais été timide, ou que je n'avais pas pris sur moi de poser des questions précises, on ne m'aurait pas vraiment accompagnée.

J'ai heureusement pu profiter des conseils avisés de ma maman, puis par la suite, sur ceux de la super sage-femme qui a suivi à domicile les premières semaines de ma fille. Et ma fille m'a elle-même beaucoup aidée, en prenant directement de bons réflexes de succion.

Malgré ses problèmes de prise de poids, qui ont mis quelques semaines à s'arranger naturellement et sans biberons, j'ai finalement réussi à démarrer mon allaitement avec succès, en m'accrochant pour ne pas baisser les bras face aux difficultés - mais c'était une grande période de doute, propice au renoncement.

Au final, alors qu'on nous pousse si fortement à allaiter, il faut quand même s'attendre à se devoir se débrouiller seules et surtout, ne pas se laisser décourager. J'y suis parvenue, mais j'aurais aimé à l'époque, que l'on m'y prépare mieux.

Et vous, si vous avez allaité, avez-vous aussi ressenti ces difficultés au démarrage, quand vous aviez le plus besoin d'aide?

bien-demarrer-allaitement

 

Publié dans Maternité-grossesse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Laura 09/10/2019 13:32

Merci pour cet article, je le trouve super, je suis enceinte et je vais accoucher le mois prochain. ça me donne une idée issu d'un témoignage ce qui est très bien pour moi. Je compte allaiter mon petit vu les vertus et les bienfait de cette méthode naturelle! Merci pour le partage!

Picou 09/10/2019 13:57

C'est une belle expérience, si tu es tentée je ne peux que te conseiller d'au moins essayer! Mais sans pression car ce n'est pas toujours facile à mettre en place, alors veille à bien t'écouter sans culpabiliser si tout n'est pas idéal! Ça va le faire!

Alexandra 27/05/2019 23:25

Bonjour,
Je me reconnais totalement dans le témoignage à la maternité... Une sage femme a même donné un biberon à ma fille qui avait quelques heures, pendant que j'étais aux toilettes !
Forcément lorsqu'elle a voulu me la mettre au sein ensuite, ma fille ne tétait pas...
La 2ème nuit on m'a conseillé de donner une tétine à ma fille pour la calmer...
D'un coté on me disait de donner le sein toutes les 3h, et finalement une autre sage femme m'a dit que la réveiller toutes les heures pour téter et qu'elle reprenne du poids ! (ce qui a marché au prix d'une nuit blanche, afin de sortir de la maternité).
Aujourd'hui je connais l'importance de s'informer sur le sujet avant d'aller à l’hôpital et je n'hésite pas à partager mon expérience avec les futures mamans de mon entourage !

Picou 28/05/2019 10:13

C'est exactement ça! Il faudrait qu'on puisse accéder plus facilement à de l'information non idéalisée avant d'allaiter... Ce n'est pas aussi beau et facile qu'on le présente souvent, enfin, ça peut l'être mais ce n'est ni immédiat, ni garanti. Et on peut se retrouver totalement désemparée de devoir se livrer surtout à son instinct et à soi même! J'ai maintenant l'expérience suffisante pour savoir m'écouter moi avant les 1000 conseils contradictoires ici ou là, mais ce n'est pas si facile au début!

ZoEssentiels 15/11/2018 22:19

J ai allaité ma première fille pendant 21 mois mais il est vrai que les premières semaines ont été compliquées et pour bébé et pour moi. C est le temps que la lactation se mette en place. Par contre les sages femmes m avaient conseillés de reveiller ma fille toutes les 4 heures pour lui donner à manger et je ne pense pas que ce soit une bonne idée. Par principe je pense qu un bébé ne se laissera pas mourrir de faim il faut le laisser se reposer de ce sacré voyage - et nous aussi - et laisser l allaitement se mettre en place progressivement. Sauf vrai problème de santé il est inutile de reveiller bébé pour le nourrir il le fera de lui meme. vous ne pensez pas ?

Picou 15/11/2018 23:02

Je suis tout à fait d'accord sur le fond, l'allaitement doit être à la demande... mais sur les tout premiers jours de mise en place, si le sein n'est pas assez stimulé ça ne favorise pas la montée de lait, et le personnel de santé finit vite par mettre la pression... pas facile de trouver le juste milieu!

Elodie 08/03/2018 07:44

En lisant ton article je me rend compte à quel point le choix de la maternité (quand on l’) est important.
J’ai accouché dans une maternité qui a le label ami des bébés et j’ai été super bien accompagnée pour démarrer l’allaitement.

Mon bébé n’a pas tété en salle de naissance, trop fatigué par l’accouchement il a dormi 4h. Jusqu’à ce que les sages-femmes viennent le réveiller car il fallait manger.
La mise au sein a été difficile, il ne savait pas téter. Pour autant elles n’ont pas sorti l’arme biberon. On a commencé par une petite cuillère pour lui donner le lait que j’exprimais à la main. Au bout de 24h il ne tetais toujours pas donc j’ai eu un tire lait pour ne pas retarder la montée de lait et on lui donnait le lait au doigt pipette.
C’est seulement au bout de 3 jours qu’il a compris comment faire, grâce au tire lait j’avais déjà les montées de lait.

Jusqu’à ce qu’il tete il y avait toujours une sage-femme avec moi.

Heureusement que j’ai eu cet accompagnement. Je n’y serais certainement pas arrivée toute seule !

Picou 08/03/2018 10:16

Exactement, tu pointes je crois un point crucial, toutes les maternités (et malheureusement toutes les sages femmes/puéricultrices) ne se valent pas, et tout dépend de la façon dont on est accompagnées...Encore aujourd'hui, une de mes amie vient d'accoucher, et faute d'un accompagnement suffisant, entre autres, son allaitement est en péril... Je crois que cette première étape si difficile doit être encadrée au mieux pour se passer dans les meilleures conditions...mais il y a encore bien des progrés à faire, même si c'est génial qu'il y ait des établissements comme celui dans lequel tu as accouché, tu as eu de la chance! (d'autant plus que comme tu le soulignes on a pas toujours le choix...)

une mummy 20/10/2017 22:16

Un bel article, très intéressant, que je consulterai volontiers si l'occasion s'en présente!

Picou 20/10/2017 22:46

Je te souhaite donc très fort d'avoir un joir à revenir le lire! Merci!

GToch 17/10/2017 21:40

Mes quatre allaitements se sont déroulés sans encombre et je suis pleinement consciente de ma chance <3
J'ai la chance d'avoir une SF libérale en qui j'ai pleinement confiance et qui s'adapte à toutes les demandes. Je suis tombée sur elle au hasard de ma première grossesse et ça a collé direct !
J'ai la chance d'avoir un caractère de caca prout qui fait que j'arrive à totalement ignorer les conseils inutiles et les gens sans intérêt.
J'ai la chance de me poser peu de question lorsque je fais qqc.
Il n'y a pas que des avantages dans tout ça ;) mais pour la partie allaitement ça m'a certainement bien aidé.
C'est tellement dommage de voir encore aujourd'hui si peu de soutien dans ce domaine.
Mais je ne jette la pierre à personne. J'ai moi-même conseillé à certaines personnes d'arrêter car je les sentais en souffrance...
Ce sujet là fera certainement débat dans mille ans ;)

Picou 18/10/2017 11:07

Ah ah oui des fois, ça a du bon d'avoir du caractère et de savoir s'imposer, je suis bien d'accord! Je suis assez comme ça, j'écoute, je fais le tri et ensuite je gère toute seule ma petite popotte à partir de ça!

Mellylovy 17/10/2017 15:55

J'ai choisi d'allaiter et j'allaite toujours ma fille de 7 mois pourtant j'ai failli arreter plus d'une fois. C'est tellement dur au debut, si ma meilleure amie n'avait pas été la pour me soutenir et surtout pour me rappeler à quel point ça me tenait à coeur je crois que je n'en serais pas la aujourd'hui.

Picou 17/10/2017 17:27

C'est ça, les débuts sont difficiles, le reste aussi mais en général on est plus sur des rails, alors c'est plus la fatigue et le don de soi qui finissent pas peser...mais il reste ce lien si fusionnel avec son enfant, qui est si inoubliable! 7 mois c'est super, bravo et je croise les doigts pour que tu puisses continuer autant que tu le souhaites!

Familleenconstruction 17/10/2017 12:29

Je n'ai pas allaité ma première et je le regertte beaucuoup aujourd'hui, je suis sure que ça aurait pu créer un autre lien entre nous. Mais j'étais jeune et la difficulté de la mise en place, de la douleur, de la fatigue, de la pudeur aussi m'a fait peur. Je suis donc partie sur la facilité. Mais pour le second qui va arriver je sais ce que je veux. Du moins je veux essayer mais j'ai toujours peur. Alors merci pour cet article. J'espère vraiment que mon futur allaitement sera concluant.

Picou 17/10/2017 14:18

C'est quelque chose de difficile, d'allaiter, c'est normal que ça fasse peur et que ça semble difficile...ça l'est! Mais ça vaut aussi vraiment le coup, quand on en a envie, moi j'ai adoré cette fusion que cela crée avec son enfant, je te souhaite de pouvoir y arriver si tu le souhaites, mon principal conseil étant de t'écouter toi, et de te faire confiance!

Maman du 21ème siècle 17/10/2017 00:01

Merci pour ton témoignage qui, je pense, aidera beaucoup de jeunes mamans qui en effet renoncent faut d'accompagnement suffisant. Ça a d'ailleurs été le cas de ma voisine de chambre qui a cédé au personnel de l'hôpital et a fini par tout bonnement abandonné l'allaitement (malgré mes encouragements à persévérer).
De mon côté, j'ai aussi eu deux allaitements pour mes deux enfants avec des expériences à la fois différentes de la tienne (en gros tout roulait au départ et pas forcément après) et différentes l'une de l'autre, comme quoi c'est toujours différent avec chaque bébé. Je pense que j'en viendrai aussi à partager un jour mon expérience de l'allaitement. Ça a été un pur bonheur et une vraie fusion avec mes loulous mais pas que ... J'ai aussi connu des angoisses, une fatigue énorme, de la détresse même et c'est la raison pour laquelle je pense que chaque témoignage peut être intéressant.
Bravo en tous cas pour ton courage de jeune maman et pour avoir trouvé en toi cette force de t'imposer !

Picou 17/10/2017 09:45

Merci! Je crois qu'effectivement à un moment c'est très tentant de baisser les bras face à la pression...j'aurais plaisir à lire ton expérience si tu l'écris un jour, moi après la mise en place j'ai eu quelques flottements de temps en temps mais en gros ça a roulé, j'ai eu du bol! Et comme tu dis, j'ai adoré cette période, ce petit cocon avec bébé mais c'est quand même extrêmement fatiguant, et ça demande tellement de soi! C'est bien aussi quand ça s'arrête!

Virginie Neleditesapersonne 16/10/2017 23:49

L'allaitement, encore un sujet qui donne envie de raconter son expérience ;-). Moi aussi à la maternité on m'a rapidement filé un bib. Pour m'aider, car j'étais un peu dépassée. Mais finalement, je ne trouve pas que j'ai été si mal conseillée. Le meilleur conseil que l'on m'ait donné : faites comme VOUS les sentez. Du coup j'ai fait un allaitement mixte, 75/25 les 15 premiers jours, puis progressivement allaitement quasi exclusif. Ce qui ne m'a jamais empêché de donner un biberon de temps en temps, pour prendre un apéro par exemple ! J'ai eu la chance d'avoir un bébé qui acceptait bien les 2 ! Aujourd'hui il a 7 mois et je l'allaite encore matin et soir, et je crois même que je vais avoir beaucoup de mal à arrêter ... Bref, si j'avais un conseil, surtout pour le démarrage : pas de pression, écoutez-vous et suivez votre instinct ! Personne ne saurait mieux vous conseillez que vous mêmes ...

Picou 17/10/2017 09:43

Exactement, en fait au début je ne savais pas si j'allais parler allaitement et puis une fois les mains sur le clavier, j'avais plein de choses à partager!
Si je devais donner un seul conseil ce serait effectivement celui là - écoutez vous VOUS, avant tout, et ne vous forcez à rien.
Pour le mixte, tu vois, on m'avait tellement dit que les biberons sabraient tout que je pensais même pas que le mixte était vraiment possible, du coup j'apprends quelque chose avec tous vos commentaires car ça parait plus fréquent qu'on l'imagine! c'est peut être ça la bonne solution quand on y arrive, car l'allaitement j'ai adoré, mais c'est quand même juste éreintant!

Maman_tourbillon 16/10/2017 22:53

Pour ma part, le contexte était différent. Mon petit est né à 1kg370. Les infirmières et sages femmes ont pris le temps de m'écouter... De m'expliquer ... comment faire stimuler cette montée de lait. Elles ont été dans mon cas si attentionnées... beaucoup de détermination pour ma part... Mais je n'arrivais pas à aider mon bébé dans sa bataille pour la vie. Je pense que dans certains cas, la détermination et l'aide peuvent être présentes mais que physiologiquement, on peut ne pas être "portée" pour l'allaitement. :(

Picou 16/10/2017 23:12

Tu as vécu un cas un peu exceptionnel je crois, c'est difficile de donner tant de soi et surtout de se dépasser, dans une telle situation! C'est déjà formidable d'avoir pu essayer, j'espère que ça ne t'as pas trop culpabilisée de devoir arrêter, à un moment crucial, ça ne devait pas être évident à gérer...Merci de ton témoignage en tout cas, il me rappelle qu'avoir cet accompagnement défaillant dans une situation "normale", c'est déjà une chance énorme car ça veut dire qu'on nous sent assez fortes pour gérer seules...

weena 16/10/2017 21:56

Je voulais vraiment réussir mes allaitement, que m'étais beaucoup renseigner avant. D'ailleurs, je conseil souvent le guide pratique de l'allaitement

Picou 17/10/2017 09:40

ah ok! Ma première faisait aussi de longues tétées de 20-30mn, la deuxième s'était très différent, 5-10mn maxi c'était fini!

weena 16/10/2017 23:20

Rahhh, ça a perdu la moitier de mon commentaire, sur mon premier serial teteur avec une mise en route super facile et mon deuxième "bébé de catalogue" (10 minutes toutes les 3h, ça ne stimule pas la ,acttaion) ...
Sinon, c'est celui de Marjolaine Solaro qui est vraiment bien fait et très accessible

Picou 16/10/2017 22:08

C'est celui de la leche league? Je me l'étais acheté et je l'ai lu, certains témoignages sont instructifs! Ca aide à reconnaître certaines des situations que l'on vit et qui sont finalement assez courantes, sans qu'on le réalise sur le moment où on se sent perdues!

Sarah Boots And Pepper 16/10/2017 21:45

Grand débat que celui de l'accompagnement... Totalement inexistant, même dans les maternités soit disant à tendance pro allaitement ! Car les sons de cloche divergent, et comme tu le dis, le côté rentabilité des espaces pèse un certain poids sur la balance. J'ai énormément souffert, mes débuts d'allaitement ont été extrêmement chaotiques, pendant plusieurs mois (masochisme) mais j'ai réussi à me faire épauler en libéral par une consultante en lactation, puis par une sage femme justement en cours de formation. Et je dois dire qu'après toutes ces galères, j'ai eu sacrément envie d'aider moi aussi. Alors j'essaie d'en parler autour de moi, en tous cas à celles qui le souhaitnent car ej suis loin d'être militante. Mais allaiter, bien que souvent qualifié de "naturel" est pourtant loin d'être inné. J'y ai d'ailleurs consacré plusieurs articles, mais je crois que si j'en avais le temps, j'aimerais aller plus loin, écrire, et surtout aider à mon tour... Bref. Merci Picou pour cet article encore à point nommé ! Bises

Picou 16/10/2017 22:07

C'est ça, même dans un environnement pro-allaitement au final, on accompagne peu. Allaiter a un fond inné, je n'en doute pas, mais il y a aussi un savoir ancestral, une sorte de tradition orale qu'on a perdue en cours de route, je crois, en tout cas à l'hôpital, avoir plus de guidance serait je crois vraiment un plus. Je me rappelle de ton article, je m'étais dit "waow j'en aurais pas fait autant"! C'est tout un équilibre à trouver, entre ne pas baisser les bras trop vite, et savoir les baisser avant que ça ne devienne une vraie souffrance...Je crois que ton témoignage, si tu en as encore sous le coude, ne pourra qu'aider - d'une par ce que tu raconteras, et aussi parce que tout témoignage qui n'est pas ni cul-cul, ni culpabilisant, ne peut qu'apporter sa pierre à l'édifice!

Anna Breizh 16/10/2017 15:04

C'est un très bel article Picou. Merci beaucoup !!! Je suis sûre qu'il aidera beaucoup de mamans.
Il est vrai que l'on nous rabache à longueur de temps que l'allaitement c'est le meilleur pour notre enfant, mais ce que l'on ne nous dit pas c'est que cela n'est pas forcément inné pour la maman ni pour le bébé. Il y a un besoin d'apprentissage, de se connaitre l'un l'autre, de s'apprivoiser aussi parfois et surtout surtout d'être très bien accompagner pour garder cette confiance. Et là souvent en maternité cela fait défaut. Par manque de temps des soignants (car il faut dire ce qui est les effectifs ne sont pas au rendez-vous pour bien accompagner les patientes de la salle de naissance jusqu'à la sortie de maternité), par méconnaissance aussi.
J'ai fait partie de cette équipe de soignant à la maternité. Et je confirme que la formation que l'on reçoit initialement à l'école de sages-femmes (c'était valable il y a 10 ans aujourd'hui je ne sais pas) n'est pas suffisante pour accompagner les mamans. J'avoue avoir eu sans doute des discours bateaux par manque de savoir. Par contre j'ai toujours écouté et accompagné mes patientes. Il existe des diplomes supplémentaires comme le DIU d'allaitement que l'on peut faire pour compléter notre diplome initial. Dans les maternité où j'ai travaillé il y avait toujours un membre du personnel (pédiatre, sage-femme, puéricultrice) ayant ce diplome. Mais sur toute une équipe ce n'est pas beaucoup pour aider les jeunes mamans. C'est bien domage!!!
J'espère sincèrement que ton article sera lu et lu encore pour que cela bouge un peu. C'est tellement rageant de voir des mamans déçue.

Picou 16/10/2017 15:17

Oh, c'est intéressant d'avoir un point de vue "de l'intérieur"! J'ai été quand même un minimum accompagnée à la maternité, mais c'est vrai que ça restait très général, et surtout, peu personnalisé. Je comprends tout à fait le manque de personnel, et même de savoir, à vrai dire, car il est facile de voir que vu le manque de personnel, tout le monde ne peut pas être aux petits soins. Mais je crois que dans l'idéal, doter chaque maternité d'une personne experte, qui ferait le tour des chambres 1 fois par jour, serait assez efficace, surtout si elle pouvait transmettre les ressources disponibles (comme une liste, par exemple, sur fascicule) pour qu'on se sente moins démunies en rentrant chez nous et qu'on sache qu'on peut contacter des personnes spécialisées et plus à même de nous renseigner. Et ça, c'est très peu fait il me semble!

Petite vivi 16/10/2017 14:32

Je suis tout à fait d'accord avec toi sur le fait qu'on nous encourage à allaiter pendant la grossesse, mais qu'une fois le moment venu, il n'y a plus personne. Pour mon premier allaitement, je me suis sentie tellement perdue ! Elle ne prenait pas de poids et on me menaçait de la mettre au biberon si je ne la gavais pas au sein toute la journée. Un vrai cauchemar ! J'ai finalement arrêté au bout de 11 jours à cause de la pmi qui n'a fait que me culpabiliser. Pour mon deuxième allaitement, jai pris la peine de me renseigner, de lire des expériences... Et ça m'a beaucoup aidé. Il faut dire que je n'avais pas besoin de la stimuler car elle réclamait très bien toute seule : toutes les 30 min la première nuit ! J'étais un peu perturbée, fatiguée, et on a voulu lui donner un biberon car mon colustrum n'était pas assez nourrissant. Heureusement que j'ai eu le réflexe de refuser, ma montée de lait ne se serait pas faite !

Bref, super article, je pense que ça aidera pas mal de maman débutant leur allaitement !

Picou 16/10/2017 14:53

Oui j'ai un peu suivi ça sur ton instagram, on aborde les choses tellement différemment pour un deuxième...Ces toutes premières semaines sont les plus dures, je crois, celles où il faut un peu s'accrocher le temps que tout se mette en place, et c'est à ce moment là qu'on aurait besoin d'être accompagnées et informées des ressources disponibles, pour se sentir moins perdues! Certaines fois il ne faut pas s'acharner non plus, mais au moins quand on a eu toute l'information nécessaire, on a moins de regrets que quand c'est parce qu'on a eu une pression inutile! Bon courage en tout cas pour ton allaitement pour ta 2ème - je suis sûre que ça va maintenant mieux se passer, ça va vite rouler je te le souhaite!

Nanakie 16/10/2017 13:47

C'est exactement le thème de mon article de la semaine dernière !
https://piedsnusdanslherbe.wordpress.com/2017/10/10/experience-allaitement/

Pour ce qui est de mon expérience .. heureusement que je m'étais beaucoup renseignée avant, ça c'est clair ! Le personnel du CHU où j'ai accouché a été aidant, je ne peux pas le nier ... Mais je me suis aussi fait harcelée pour cause de poids qui ne remonte pas... Or il faut savoir qu'un bébé allaité a jusqu'à 5 jours pour reprendre du poids avant que ça ne soit inquiétant ! Donc on n'a pas à stresser ! Mais comme tu le dis, les soignants mettent la pression pour que cette reprise aie lieu dès le 2ème jour ... aberrant, quand on sait qu'une montée de lait n'apparait qu'après 48 voire 72 heures ! Bref c'est une politique qui n'est pas du tout en adéquation avec le développement d'un nouveau-né.
Je dirai même, concernant ton histoire, qu'il est normal qu'un bébé dorme les 48 premières heures de sa vie, l'accouchement est épuisant pour eux ! Donc je pense que tu n'avais pas à stimuler ta louloute à outrance, en fait. A moins qu'elle ne dormait vraiment sans arrêt.

Moi je me suis pris la tête avec le personnel, qui voulait stimuler ma fille toutes les 3 heures pour la gaver et qu'elle remonte sa courbe. J'ai au contraire râler un peu fort pour qu'on la laisse dormir, et refusé fermement le lait artificiel. A une semaine de vie, elle avait récupéré son poids de naissance et depuis, elle suit une jolie courbe (celle de l'OMS et non celle du carnet de santé qui n'est valable que pour les bébés biberonnés... si ce n'est pas ridicule, ça!).

Je trouve que le message de ton article est bien vrai : on encourage l'allaitement, mais on n'y met pas les moyens ... pas étonnant qu'à un mois de vie seuls 30% des bébés sont au sein ! Ça ne vient pas du ciel de savoir et réussir à allaiter, il faut aider les mamans !

Nanakie 16/10/2017 16:04

pour la courbe du carnet de santé, ce n'est pas précisé en fait, on ne peut pas le deviner! C'est sur un groupe de mamans allaitantes que j'ai été informée ! Et la puéricultrice de la PMI où je vais me l'a redit, d'ailleurs elle m'a imprimé la courbe OMS , c'est vraiment très pro de sa part, j'en suis ravie !

Picou 16/10/2017 14:30

Oui, article très complet et nous avons le même ressenti, l'accompagnement au début est absolument crucial pour s'accrocher un peu, pourtant on dirait qu'ils préfèrent mettre une pression un peu inutile plutôt que d'être réellement dans l'aide. Les conseils reçus sont tellement bateaux, qu'ils sont peu utiles au final...Pour Chouquette j'ai mis 5 jours à avoir ma montée de lait, pourtant elle allait bien, et ils insistaient quand même beaucoup même avec mon refus de donner plus d'un bib...Au final qu'est ce que je suis contente d'avoir su m'imposer!
je n'avais jamais fait gaffe que la courbe du carnet de santé était celle du bib, en fait! Mais ce paradoxe est tellement bizarre, la pression pour allaiter mais le manque flagrant de moyens pour aider celles qui le font...!

fatou 16/10/2017 13:45

Bonjour

Moi aussi j ai allaité ma première fille durant 1 an ( j en suis assez fière lol)
Il est vrai qu après la ccouchement ma fille n avait pas le réflexe de uccion, j ai franchement galére les premiers jours mais je n ai pas laché car comme vous j étais déterminé a allaiter ma fille d amour
Elle avait bcp de mal au début, elle prennait difficilement le sein, je devai sans cesse stimuler mon sein pour qu elle puisse téter
Au bout de qq jours elle a compris commennt faire et téter avec envie et généreusement pour mon plus grand plaisir
Pour ma part a la maternité on m a aidé a surmonter le cap
Aujourd hui je suis très contente d avoir allaité ma fille durant une année complète et exclusivement
Dieu merci de m avoir permis de faire cela pour mon enfant

Picou 16/10/2017 14:25

Comme tu dis, les premiers jours sont déterminants et il "ne faut pas lacher"! Si l'on est bien accompagnées pendant ce cap, la suite semble plus facile (en tout cas pour moi) mais justement c'est sur ces premiers jours où l'on aurait le plus besoin d'être aidées et ce n'est pas toujours le cas...C'est bien dommage mais malgré tout l'allaitement reste pour moi une belle expérience!

Escarpins et Marmelade 16/10/2017 13:28

Coucou Picou! Alors, moi, j'ai adoré allaiter mes monstres, et je me souviens encore avec émotion des débuts difficiles avec Chucky. Mais bon, comme je ressortais d'une double hémorragie et d'une éclampsie, le personnel soignant a été aux petits soins pour moi. J'ai été plus que chouchoutée et les puéricultrices ont été tellement gentilles et attentionnées que je ne leur dirai jamais assez merci je crois. Je les appelais plusieurs fois dans la nuit pour qu'elles vérifient si je mettais bien Chucky au sein, elles ont toujours accouru avec le sourire et sont parfois restées une heure à mon chevet pour me rassurer, me parler. Bref, c'est à elles que je dois la réussite de mon allaitement. Avec Couette-Couette, ce fut plus facile dès le début.

Picou 16/10/2017 14:23

C'est sûre que pour un 2ème on est forcément mieux rodées...moi j'ai eu quelques jours de flottement après la naissance de Chouquette, sur l'allaitement je veux dire, mais après 2-3 semaines j'ai pris mon rythme et ensuite tout a roulé ou presque, donc, je n'ai pas de regrets ; mais en discutant avec les autres, je vois que beaucoup ont un peu rapidement baissé les bras face à la pression, pour le regretter ensuite, et je trouve ça dommage!

Bébé est arrivé ! 16/10/2017 13:18

Je suis tout à fait d'accord avec toi sur le fait qu'on reçoit mille et un conseils de personnes différentes, ce qui donne au final un résultat en terme d'accompagnement proche du zéro. Chacun y va de son commentaire, de son conseil et à la fin, c'est le chaos dans la tête des mamans.
Il devrait y avoir dans chaque maternité des conseillères en lactation uniquement dédiées à l'accompagnement des mamans allaitantes.

Picou 16/10/2017 14:17

Ah ça, les conseils par 12 personnes différentes qui te disent des trucs contradictoires, au final c'est pire que pas de conseil du tout! Je suis bien d'accord, il devrait y avoir une référente par établissement, et on devrait nous donner une liste de contacts pour la suite, qu'on se retrouve moins perdues au retour à la maison!

Allychachoo - Famille en chantier 16/10/2017 13:07

Je suis tellement d'accord avec toi ! Je ne supporte pas ce discours "pro-allaitement" qui n'explique rien... et surtout ne t'aide absolument pas quand tu te lances dans l'allaitement ! Pour mes petits, heureusement que je m'étais renseignée, car même si j'ai eu une bonne aide la part des sage-femmes à la maternité, c'est surtout grâce à mes recherches que j'ai pu vraiment trouver les informations qui me convenaient (et faire la part des choses, le discours "très pro-allaitement exclusif de 3 ans sinon rien", ce n'était pas pour moi ;)

Picou 16/10/2017 13:35

Et encore, pour des jumeaux c'est encore plus un challenge, j'imagine qu'au début pour les positionner c'est pas évident! Je trouve tellement peu cohérent cette pression à allaiter, et ensuite ce manque total de moyen mis en place, pile au moment crucial! Je crois qu'il serait bon que dans chaque établissement, il y ait une référence en allaitement, un peu experte, qui vienne aider pour ces premiers jours en donnant des conseils avisés (et déculpabilisants!) et surtout qui vienne aussi donner des ressources pour la suite, comme une liste des assocs, etc, histoire qu'on puisse savoir un peu mieux où s'adresser...Heureusement pour moi tout a fini par rouler, mais quand ça ne marche pas au début c'est facile de baisser les bras, parfois un peu trop facilement...Enfin bon je file lire ton article et j'attends les 6 prochains pour ta semaine de l'allaitement! ;o)

Cendra 16/10/2017 11:34

C'est clair qu'il y a un soucis dans certaines maternités, avec ce besoin de pousser la maman et le bébé à sortir pour libérer une chambre alors que, comme tu le dis très bien, l'allaitement peut demander un peu de patience!
De mon côté, je n'ai eu vraiment aucun soucis d'allaitement pour mes deux bonhommes, dès le départ tout s'est très bien déroulé. Je sais que ça n'est pas toujours le cas, mais j'étais aussi dans un centre périnatal où les sages femmes étaient très bien formées à l'allaitement et très disponibles.

Picou 16/10/2017 12:23

Oui, c'est tellement paradoxal, on te pousse à allaiter mais dès qu'il faut libérer une chambre, on te pousse à vite arrêter..J'ai eu comme toi de la chance que globalement, tout roule pour mon allaitement, mais bon je crois que sur les premieres semaines c'est bien d'être accompagnée, et de savoir vers quels contacts on peut se tourner par la suite. Parce que selon les établissements, les sages femmes peuvent vraiment aider, ou au contraire enfoncer...

Mumtowkids 16/10/2017 11:15

Ici pas d'allaitement mais je veux bien te croire quand tu dis que l'accompagnement n'est pas top...pour choupette je me souviens qu'ils m'avaient bien stressée (c'est si rare chez moi) car elle avait perdu trop de poids selon eux mais m'enfin c'était un gros bébé comme ta chouquette et elle mangeait correctement, je ne voyais pas l'intérêt de la gaver d'autant plus qu'elle était en bonne santé...Dans la maternité dans laquelle j'ai accouché, ils faisaient des cours de préparation à l'allaitement, je pense que ça doit aider les futurs parents mais c'est surtout "sur le terrain" qu'il faut être au maximum aidé...Tu as eu raison de t'imposer et de faire respecter ton choix !

Picou 16/10/2017 12:21

En fait c'est paradoxal, ils te mettent une pression forte comme quoi l'allaitement c'est mieux, mais quand tu essayes d'allaiter, on te met vite la pression pour lâcher l'affaire, si ça n'est pas immédiat...Je crois qu'il faudrait mettre en place dans les maternités, une référente "experte" en allaitement, qui passe voir les patientes concernées pour leur donner des premiers conseils et une liste de contacts spécialisés pour après la sortie. Ca aiderait bien des femmes, je crois!

Charlotte 16/10/2017 09:53

Joli article, j'ai essayé d'allaiter ma deuxième, j'étais très bien renseignée et soutenue par ma sage femme. Mais ça n'a pas été concluant dommage mais bonne expérience quand même.

MamanSurLeFil 16/10/2017 09:53

Effectivement, l'allaitement peut devenir un parcours du combattant... ici, le deuxième a été compliqué à mettre en place en raison des circonstances de mon accouchement. La prise de poids a été laborieuse et le personnel soignant a tout fait pour que je donne des biberons à mon fils.
Cela aurait été mon 1er je pense que mon allaitement aurait été sabordé avant la sortie de la maternité. Heureusement, mon 1er allaitement réussi m'a permis de ne pas lâcher et d'imposer mes choix... Toujours compliqué de ne pas se sentir perdue et jugée au départ...

Merci pour ton billet, complet et déculpabilisant au possible !

Virginie

Picou 16/10/2017 12:19

Je crois que, comme dans ton cas (et un peu dans le mien pour Chouquette, même si ça n'était pas lié à l'accouchement), le personnel a un peu tendance à aller à la facilité en poussant aux biberons un peu vite. Face à cette pression là, pas facile en tant que jeune maman fatiguée, hormonée et perdue, de s'imposer, surtout pour un premier! Les maternités gagneraient à avoir une référente compétente et experte par établissement, pour assurer un premier suivi, et donner au moins une liste de contacts pour la suite, quand on rentre chez soi!

pellicule de vie 16/10/2017 09:44

Il est clair qu'on n'informe pas assez les mamans à l'hôpital. Pour mon premier, on m'a juste aidé pour les positions, que les douleurs étaient normal, une crème pour les crevasses et c'est tout! L'arrête de mon allaitement est dû au fait que mon boy s'endormait au sein. Pour les suivants, j'étais informé mais je n'ai pas su allaité plus d'un mois. Trop de souffrances malgré le faite d'avoir tout essayer alors je préférais être sereine avec le biberon :). Mais je suis de ses mères qui encouragent les autres à essayer d'allaiter, à les conseiller.. Une amie hésitait à allaiter sa fille. Je lui ai dit d'essayer, que cela ne coutait rien.. Elle a allaiter sa fille pendant 1 an :). Beau billet Picou :*

Picou 16/10/2017 12:17

Oui, à l'hôpital on ne donne que des grandes lignes hyper basiques, mais aucun détail - et on fait si vite baisser les bras! Pour ma part une fois la mise en place faite, dans l'ensemble ça a roulé, mais je crois comme tu l'as vécu, qu'il ne faut pas non plus s'acharner si ça se passe mal, un enfant au biberon sera aussi bien traité et heureux, et la maman ira sans doute mieux dans ce cas là...Je pense qu'il faut quand même un peu s'accrocher si l'on en a envie - parce qu'il le faut un peu, pour que ça fonctionne - mais si ça devient une grosse souffrance, là, pas de culpabilité à basculer sur des bibs. Comme toi je crois qu'il faut au moins essayer, s'en donner les moyens, et ne pas se culpabiliser si l'on arrête, si l'on a le sentiment d'avoir fait de son mieux.

Maman BCBG 16/10/2017 09:41

Super ton article... et oui les premiers jours sont souvent assez cruciaux...
Que l'on choisisse d'allaiter ou non, je suis du genre à penser qu'il faut toutes les clés en main pour choisir, et pour pouvoir y arriver si on le désire.

Autrefois, toutes les femmes de la famille allaitaient, donc j'imagine que le "savoir" était accessible et connu.. aujourd'hui, rien que pour savoir que c'est le bébé qui tête qui stimule la lactation et que donc il faut le mettre au maximum au sein.... il faut se renseigner, ou tomber sur les bonnes personnes qui savent ça.

Dans la préparation à l'accouchement, je trouverai ça bien qu'il y ait un cour obligatoire sur les principes de l'allaitement, les positions, la montée de lait, les pics de croissance... que l'on choisisse ou non d'allaiter au final, car savoir comment ça marche peut permettre aussi d'épauler une amie qui en aurait besoin....

Picou 16/10/2017 12:14

Je ne trouve pas ça cohérent, qu'on mette autant la pression pour allaiter, mais aussi peu de moyens pour accompagner cette mise en place difficile, où beaucoup de femmes n'ont d'autre choix que de baisser les bras, où y sont finalement vite incitées. C'est vrai que ce savoir ancestral est peut être un peu disparu, j'ai eu la chance que ma maman puisse m'y aider, et puis par la suite, à domicile j'ai eu une super sage femme pour me suivrre, mais ce n'est pas le cas de toutes... Je ne pense pas qu'il faille développer ces points avant l'accouchement - ce serait à mon sens encore une pression supplémentaire sur celles qui choisissent le biberon - mais par contre à la maternité, il faudrait des conseillères dédiées, compétentes, qui puissent aiguiller les premiers jours et fournir des contacts pour les semaines suivantes (genre donner une brochure des assocs disponibles ou lactariums etc).

Julie Olk 16/10/2017 08:52

Comme tu le sais nous avons choisi d'allaiter Charlie au biberon.
En te lisant je vois tout de même plusieurs choses.
La première encore une fois est que quoi que nous choisissions il n'est pas toujours facile de faire respecter sa décision. Je passe encore une fois sur le nombre de personnes que tu ne connais ni d'Eve ni d'Adam et qui se sentent parfaitement légitimes pour te donner leurs avis (mais on se connait ?!?!)...
La seconde est que même en voulant bien faire les hôpitaux manquent de personnel qui puisse être présent pour t'écouter et t'accompagner dans tes choix. Lors de mon passage à la maternité une sage-femme me disait elle même que ce n'était pas facile pour eux et qu'ils étaient tous de moins en moins nombreux. Je regrette comme toi cette situation parce que dans ce type de structure je suis une patiente, un être humain doté de sentiment et pas un numéro de dossier.
Heureusement que tu as su t'en tenir à ton choix initial et que des associations existent mais je regrette que ce besoin d'accompagnement ne soit pas plus suivi dans les maternités.
En plus le biberon ne résout pas tout. Par exemple Charlie perdait du poids malgré les biberons parce qu'il ne voulait pas se nourrir (lui aussi préférait dormir^^).

Picou 16/10/2017 12:10

oui au final j'imagine qu'il y a aussi une pression aussi forte pour le biberon, je l'avais abordé dans mon précédent article sur l'allaitement d'ailleurs, je ne trouve pas ça normal - mais l'avantage du bib c'est qu'on "voit" ce que bébé mange, on peut le quantifier donc c'est plus facile certainement pour les équipes à ce moment là. Dans tous les cas, je pense que généraliser un accompagnement des tout premiers jours (par exemple en instaurant un référent lactation à chaque établissement, ou en remettant des brochures) serait une grande aide et plus cohérent avec cette pression pour l'allaitement...Merci de ton témoignage en tout cas!

Biboumam 16/10/2017 08:20

Tout à fait d'accord avec ton analyse! Et bravo pour avoir réussi à t'imposer... moi, c'est l'association "solidarilait" qui m'a beaucoup aidée, cette association présente l'avantage sur sa ligne d'écoute d'écouter toutes les mamans quel que soit leur projet d'allaitement, court ou long, mixte ou exclusif, etc... bon courage à toutes !

Picou 16/10/2017 09:12

Merci! Je trouve toujours ça tellement paradoxal, l'incitation complète à allaiter, puis derrière, le manque de moyens total pour suivre et accompagner les femmes allaitantes...Avec le recul, je sais ce que j'ai gagné à insister un peu mais je crois que beaucoup de femmes n'ont pas cette force à ce moment là, et c'est tellement dommage! Les premières semaines de mise en place sont tellement décisives...Je n'ai pas eu besoin de faire appel à des associations, mais je trouve ça génial qu'elles soient là pour aider, il faudrait donner je crois un prospectus de contact ou quelque chose, à la maternité!