Peut-on retrouver sa vie d'avant, quand on est parent?

Publié le par Picou

blog-maman-picou-bulle-maman-penser-a-soi

On nous l'a tellement dit avant qu'on soit parents... mais on n'en comprend le sens que lorsqu'on a les siens : avoir des enfants, ça change VRAIMENT la vie.

Il y a un avant, et un après, chez tous les parents que j'ai pu croiser.

On a beau tenter de garder le plus possible ses habitudes, et essayer de vivre comme avant, c'est inéluctable : avoir des enfants change profondément la donne.

Une fois parents, impossible de redevenir ceux que l'on était avant, même si on le souhaitait... C'est une expérience qui nous marque au fer blanc, changeant toute notre perspective.

D'abord dans la vie quotidienne, évidemment, parce qu'on réorganise petit à petit sa propre vie au rythme de celle de ses enfants.

blog-maman-picou-bulle-lyon-retrouver-vie-avant-enfants

Ca débute en fanfare par les horaires stricts de l'allaitement ou des biberons, puis toute l'organisation de nos journées change petit à petit...

Au début on arrive encore à emmener bébé à peu près partout ; puis on en vient naturellement à réorganiser ses journées en fonction de son emploi du temps à lui.

On respecte l'heure des siestes, on avance l'heure des repas, on se cale aux horaires des crèches et nounous,  on se met au pli du fameux "tunnel" du soir, et on limite les soirées dehors pour ne pas déstabiliser les enfants... Nos journées deviennent peu à peu très minutées.

Sans compter toutes les nuits pourries et la fatigue accumulée, qui deviennent le lot de tous les parents, ni tous les projets de voyages, d'achats ou tous les choix de vie qu'on met en suspens avec nos enfants...

(Hum. Charmant tableau! On dirait pas, là tout de suite... mais en fait c'est cool quand même d'avoir des enfants, si, si :o)!)

blog-maman-picou-bulle-lyon-avec-enfants-vie-change

Mais ce sont surtout toutes nos valeurs qui sont complètement bouleversées en devenant parents -  on redécouvre la vie avec un oeil nouveau.

On se sent plus concernés par l'avenir de notre monde, parce qu'on sait que nos enfants y vivront après nous ; on remet souvent notre ambition professionelle un peu en question, car notre rapport au travail évolue ;  on prend plus de recul sur les futilités, et on est plus facilement émus par les faits divers ou les injustices...

C'est toute notre vision du monde qui est chamboulée, parce qu'on ne pense plus uniquement à soi.

On sacrifie un peu notre égoïsme pour intégrer d'autres personnes à nos choix de vie, et réfléchir plus intensément aux conséquences de nos actes.

Devenir parents, c'est vivre au rythme fou de sa propre vie, et de celle de ses enfants en même temps.

Et donc, multiplier d'autant les expériences. On alterne en permanence entre des moments de fierté et de joie pure, et d'autres de doutes, ou d'épuisement...

D'inévitables montagnes russes, qui nous embarquent en nous laissant bien peu de répit. Et à la longue, ça devient bien plus rock'n'roll, et bien plus fatiguant, que toutes nos folles soirées d'avant

blog-maman-picou-bulle-lyon-parents-garder-meme-vie-avec-enfants

Alors, avec le recul, on se met à trouver notre vie "d'avant" bien calme et bien légère.

Faire la fête, partir en voyage sur un coup de tête, boire un coup en afterwork, tester le nouveau resto à la mode, partir en virée shopping entre copines, se réveiller naturellement et traîner toute la matinée au lit...

On a une pensée nostalgique envers l'insouciance et la liberté avec laquelle on menait nos vies d'avant, sans avoir eu pleinement conscience de la chance que ça représentait à l'époque.

Ne pas réfléchir aux implications, ne pas anticiper sans arrêt, ne pas se soucier de l'organisation, ne penser qu'à soi, et même - luxe suprême - dormir!... Comme c'était reposant, et comme c'était facile, en fait!

On a parfois cette envie de revenir en arrière, de revivre cette époque "dorée", et de retrouver sa vie d'avant.

L'envie d'échapper aux responsabilités qui sont devenues les nôtres et d'oublier un instant nos contraintes de parents, pour prendre de nouveau la vie avec légereté.

Et puis on réalise bien vite combien ça reste inaccessible... Car nous avons nous-mêmes changé profondément.

Un peu de temps sans nos enfants suffit d'ailleurs à nous mettre face au grand paradoxe parental : quand on les a trop dans les pattes, on en peut plus, on étouffe ; mais dès qu'on retrouve notre liberté... on ne peut en profiter pleinement, vu qu'ils nous manquent terriblement.

Car au delà de toute la spontanéité que nous avons perdue en devenant parents, nos enfants nous ont aussi tellement apporté en échange...

blog-maman-picou-bulle-lyon-retrouver-vie-avant-parents

Et si attirant que ça paraisse, ce que nous avons perdu, nous ne pourrions jamais le retrouver, car ce n'est finalement plus ce à quoi on aspire, au plus profond de nous. Cette liberté tant regrettée n'est au final qu'un leurre, car la retrouver ne suffirait sans doute pas à nous rendre plus heureux...

Nos envies changent naturellement, et même si l'on pense avec nostalgie à notre vie d'avant, on n'aimerait pas réellement la retrouver telle quelle.

Et puis tout ne s'arrête pas parce qu'on a des enfants... ça évolue vers des formes différentes.

Avec son conjoint, l'amour passion des débuts, peut laisser place à un lien plus profond, plus doux, et indéfectible. Certains trouvent ça moins romantique, moins fou ; je trouve ça encore plus beau d'arriver à garder le cap quand on est plus "seuls au monde" et qu'il faut parfois se battre pour garder le lien intact.

Être parent impose parfois de se mettre en arrière plan pour ses enfants, mais ce n'est pas pour autant sacrifier sa vie. On peut continuer à prendre un peu de temps pour soi, et ça peut même être l'occasion de faire un point sur ce qui compte vraiment dans sa vie, pour mieux se recentrer professionnellement ou personnellement.

blog-maman-picou-bulle-lyon-famille-vie-apres-parents

Et avoir des enfants n'empêche pas non plus de continuer à vivre, à sortir et à explorer, même si ça change la façon de le faire.

Les restos entre amis laissent la place aux goûters ou aux brunchs, dont on perçoit enfin aussi le charme tranquille et la gourmandise.

Pour les soirées, on peut toujours trouver une baby-sitter de temps en temps... reste juste à prendre en compte que les lendemains seront encore plus rudes.

Les voyages sont toujours permis! Mais avec un cadre plus précis, un rythme plus doux, en sur des destinations choisies avec un peu plus de contraintes.

Ça n'est pas toujours facile, ni toujours aussi sympa qu'escompté, mais ça se fait encore, être parent n'est pas la fin de tout!

On ne retrouve peut être jamais totalement sa vie d'avant - mais petit à petit on passe à autre chose de plus profond, et de plus apaisé.

Et lorsque nos enfants grandiront, on retrouvera peu à peu notre belle liberté rêvée - en la savourant d'autant plus qu'on en connaît maintenant l'immense valeur.

blog-maman-picou-bulle-lyon-pinterest-retrouver-vie-avant-parent

 

Publié dans Vie de famille

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Anonymz 14/09/2020 11:56

Les enfants sont des vampires, un véritable cancer de l'existence adulte.

Picou 14/09/2020 12:42

Je n'irai peut-être pas jusque là, quand même, mais clairement pendant quelques années ça change le cours de nos emplois du temps!

Azylis 26/05/2018 00:04

Effectivement c'est un grand changement et il n'y a pas de retour en arrière.
Et ma mère qui ne comprend pas pourquoi je ne suis pas pressée et que je veux continuer à profiter encore un peu ^^

Picou 27/05/2018 15:32

Tu as raison d'en "profiter", même si on ne peut jamais assez faire de réserve...Le tout est de se lancer quand on y est prêt, car même si on a l'impression de comprendre le "sacrifice" auquel on s'engage, on n'en comprend vraiment toute la force qu'en le vivant... Et si c'est parfois terriblement épuisant et usant, c'est aussi et avant tout profondément enrichissant. En attendant, bois un coup le soir sur une terrasse bondée à ma santé ;o)

Mumtwokids 25/05/2018 14:32

Tu résumes très bien mes pensées du moment ! Parfois on envie nos amis qui n'ont pas d'enfants car on a le sentiment qu'ils profitent de la vie mais c'est juste que notre vie est différente, elle a un autre équilibre plus fatiguant certainement mais tout aussi sympa !

Picou 25/05/2018 15:24

Exactement, c'est différent, ça correspond aussi à des moments de vie bien distincts! Pour la plupart d'entre nous, c'est aussi souhaité, nous savions qu'il y aurait un certain sacrifice à faire, alors s'il y a des moments difficiles, nous étions prêts à les affronter et à en voir l'aspect enrichissant aussi!

Madame Lavande 25/05/2018 12:51

Un bel article sur la parentalité ! Tu résumes parfaitement le paradoxe d'avoir envie d'air quand on les a dans les pattes et le manque d'eux dès qu'ils ne sont pas là. Mais finalement pour rien au monde je ne reviendrais en arrière, je trouve la vie tellement plus riche depuis que je suis maman :-)

Picou 25/05/2018 15:26

C'est ça, on était prêts aussi à ce sacrifice en ayant nos enfants...il y a des moments très durs, mais on sait aussi ce que ça a de beau et d'enrichissant pour transcender cette perte d'une certaine liberté!

Mille Vies de Maman 24/05/2018 00:24

Tu as tellement raison !
Lorsque je n’en peux plus, il suffit que je les regarde (dormir) pour réaliser que jamais je ne voudrais revenir en arrière.
En revanche il est évident qu’il faut aménager notre vie pour continuer à la vivre sans se mettre (trop) entre parenthèses.

Picou 24/05/2018 10:30

Oui, c'est un équilibre à trouver, pas toujours facile, mais je serais malheureuse si je devais vraiment revenir en arrière.

GToch 23/05/2018 11:22

La vie d'avant...
Je n'ai pas cette sensation... Mais faut que je fasse un truc parce qu'à force je vais vraiment croire que je suis bizarre :D Moi qui étais toujours persuadée que les Autres étaient bizarre ;)

Je n'ai pas cette sensation car à chaque fois que j'ai apporté un changement dans ma vie c'est justement parce que ma vie n'était pas complète, qu'il y avait un manque, que mes aspirations avaient évolué... Bref, qu'il me fallait passer à autre chose.
Par contre pour Papa c'est différent et je le retrouve parfaitement dans tout ce que tu as écrit dans ton billet. Sa vie a quand même radicalement changé lorsque l'on s'est rencontré. Notre vie actuelle ne correspond en rien avec ses ambitions du moment. Il est heureux de son choix, de sa vie actuelle. Mais je sens que parfois ce petit grain de folie "no limit" lui manque... Et lorsque je sens que ça l’oppresse et qu'il a besoin d'évasion, je lui laisse carte blanche <3
Jusqu'à présent il est toujours là et heureux, donc c'est que notre vie n'est pas si mal ;)

Picou 24/05/2018 10:27

Moi aussi j'ai évolué avec mes ambitions donc je n'ai pas tellement de manque, à part ce manque de temps pour soi (que j'ai évidemment moins en ce moment), qui parfois est un peu dur à vivre. J'ai eu mes enfants quand j'étais prête à ces sacrifices, en connaissance de cause et avec plaisir donc ça me pèse peu mais c'est sûr que ponctuellement, on y pense, juste pour rêver d'un peu de temps calme!

Madame Bobette 22/05/2018 11:09

N'avoir besoin de penser à rien et ne pas regarder l'heure me manque parfois... Mais on y gagne tellement au change! Et finalement, on a assez peu changé nos routines qui s'étaient déjà bien calmées avant bébé! A part supprimé les after-work pour cause de nounou, on vit encore un peu comme avant! Avec beaucoup plus de bagages, le gouter dans le sac, le lit dans le coffre de la voiture... ;)

Picou 22/05/2018 11:21

C'est ça, je crois qu'on y gagne au change. C'est sûr qu'on aimerait ponctuellement retrouver l'insouciance et la liberté d'alors, mais je crois qu'à long terme ça ne nous suffirait plus...

madamezazaofmars 22/05/2018 10:27

Comme depuis 2 semaines j'ai au moins 30 heures de sommeil en retard, j'y pense beaucoup à cette vie d'avant. Et pour rebondir sur le commentaire de Sarah qui dit qu'il ne faut pas trop attendre avant de faire des enfants, je me disais justement il ya deux jours qu'on aurait encore du profiter un peu plus longtemps de notre vie à deux avant de faire notre premier enfants, même si j'avais déjà 30 ans :-)

Picou 22/05/2018 11:20

Mais peut-on réellement en profiter tant que ça "avant"? sans savoir ce que ça impliquera réellement sur nos vies, au quotidien, car même en le "sachant", avant de le vivre vraiment on en perçoit pas le poids. Ca reviendra, patience! Ce ne sera peut être plus exactement pareil mais ça reviendra, raccrochons nous à ça - et on aura en plus cette profondeur qu'ils apportent à nos vies, qu'on avait pas alors!

petitsruisseauxgrandesrivieres 22/05/2018 10:13

Quelle sagesse, Picou ! "Et si attirant que ça paraisse, ce que nous avons perdu, nous ne pourrions jamais le retrouver, car ce n'est finalement plus ce à quoi on aspire"
Je ne saurais dire mieux (et je suis, moi-même, d'une très grande sagesse !) Belle journée :-)

Picou 22/05/2018 11:18

Je connais un peu ta sagesse, tu m'en vois flattée!! Mais c'est vrai que si j'aimerais retrouver les moments de flânerie ou autres fêtes, je n'avais pas alors cette profondeur que mes enfants ont apporté à ma vie, alors, ce ne serait pas pareil!

Sarah 21/05/2018 15:40

Très belle conclusion Marie ! D'où l'intérêt selon moi de ne pas attendre trop pour faire des enfants sous prétexte de profiter (mais de quoi au juste ?? ;) ), car plus on repousse, plus on repousse le second souffle :).
En tous cas, je me reconnais tout à fait dans ce que tu écris, surtout quand tu évoques cette vie plus minutée. Et c'est vrai que le plus grand luxe pour moi, maintenant que je suis maman, c'est d'imaginer des journées sans impératifs temporels : le bonheur hehe ! Bises et belle soirée !

Picou 22/05/2018 09:30

Heureusement, on en a encore quelques unes, des journées de liberté, même si elles sont rares bien sûr...mais retrouverait-on tout à fait notre insouciance d'avant? Je ne crois pas, car on aura toujours nos enfants dans un coin de notre tête - je crois qu'en même temps qu'on "rarifie" notre liberté, on l'enrichit aussi, car maintenant, ça arrive peut être moins, mais quand ça arrive on peut avoir le beurre et l'argent du beurre ;o)

Anna Breizh 21/05/2018 12:55

C'est si joliment écrit et tellement vrai.
Les envies, les aspirations sont différentes. Mais il y a encore plus d'amour et de bonheur. Je ne me suis jamais sentie aussi pleinement moi-même que depuis que je suis maman. La vie n'est pas la même, elle est différente, mais toujours aussi belle.

Picou 21/05/2018 13:53

Finalement ça bride notre liberté mais ça donne aussi un sens, une direction à nos actes, et je crois que même si ce sacrifice de notre temps et d'une part de nous est ponctuellement dur, nous sommes heureux de nous y résoudre! Cette liberté perdue, quand nous allions dans tous les sens, s'ordonne pour se diriger vers un avenir ensemble, ce n'est pas une perte mais une redirection.

douberose 21/05/2018 12:12

C'est un vrai changement de vie, mais il faut savoir ne pas en faire un sacrifice.
Et oui, ce qui change essentiellement, ce sont les valeurs. j'ai commencé à militer politiquement, à m'inscrire dans des associations quand j'ai eu des enfants. Avant j'aurais eu plus de temps pour le faire, mais changer le monde futur me parlait moins...

Cecile 21/05/2018 11:24

C'est 'amusant', toute cérébrale que je suis, je ne me suis pas trop posé la question du changement de vie.
Hier j'en parlais, j'aimais ma vie d'avant avec un revenu conséquent et bien centrée autour de moi même.
Aujourd'hui, j'ai une vie très différente, peu de revenu, mais une richesse tout à fait différente.
En faisant des enfants rapprochés, nous avons fait le choix de suspendre notre vie de loisirs d'adultes pour découvrir d'autres plaisirs, autre chose...
Un jour nous pourrons ressortir pour aller régulièrement au théatre et au ciné comme nous le faisions avant. Mais nous ne sommes pas nostalgique de cette vie : avoir profité de celle d'avant nous encourage à profiter à fond de celle ci
Merci pour ton papier :)

Picou 21/05/2018 13:50

Oui, en réalité c'est quand même un faux choix car pour l'immense majorité des parents, c'est un choix conscient et souhaité, nous savions que nous perdrions cette liberté mais nous nous y sommes résolus avec plaisir. Et il ne faut jamais oublier que c'est un sacrifice temporaire, car nous retrouverons un jour un peu de cette liberté, même si la forme en est différente...

MamanDe4 21/05/2018 09:23

L'insouciance, c'est elle que j'ai laissé derrière moi quand je suis devenue maman. L'insouciance apportait un brin de légèreté au quotidien !!
Mais je ne regrette en rien ma vie de maintenant, on fait les choses différemment tout en essayant de garder un côté fun. Et maintenant, je profite de l'insouciance de mes enfants !

Picou 21/05/2018 13:47

Oui, c'est vrai qu'on a dans nos enfants le meilleur de l'insouciance, même si on ne peut plus la toucher que du bout des doigts...mais les observer est un tel bonheur et un tel privilège!